Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à Thérèse - 23 novembre 1887

De sœur Agnès de Jésus à Thérèse.
23 novembre 1887


J.M.J.T.
Mercredi soir 23 Nov.

Thérèse,
Oh! que Jésus l'aime son petit jouet ! Oui il l'aime plus que l'univers tout ensemble, il pourrait
s'amuser avec les fleurs des champs, se faire une balle avec les belles montagnes de la Suisse, avoir

 

des joujoux d'or et de pierres précieuses; il pourrait d'un regard appeler les étoiles et les étoiles
viendraient autour de son berceau, il pourrait se créer des millions de créatures plus parfaites que
celles qui ont existé et existeront jamais, il pourrait bien autre chose encore. Mais il ne veut rien, il ne
désire rien, il ne demande rien que son petit jouet: Thérésita de l'Enfant Jésus... Avec sa petite balle
chérie il sèche toutes ses larmes! Quand il s'endort elle est là près de lui, toujours sa petite main la
presse sur son cœur, toujours il la regarde, toujours...
Mais mon petit Jésus, qu'avez-vous donc fait aujourd'hui de votre petite balle? Comment, vous qui
l'aimez tant, l'avoir ainsi percée? Regardez, elle ne va plus rebondir, vous ne pourrez plus vous
amuser, mais c'est votre faute.
- Ce que j'ai fait de ma petite balle, ah! répond le Divin Enfant, c'est tout simple, j'ai voulu voir ce qu'il
y a dedans!.....
- Et qu'avez-vous vu mon Jésus?
- J'ai vu, j'ai entendu un soupir, et ce soupir m'a dit : Jésus, je t'aime. Non jamais ma petite balle ne
m'avait fait tant de plaisir, jamais; je l'ai déjà piquée plusieurs fois et à chaque fois c'était un doux
zéphir qui caressait mes boucles blondes; aujourd'hui j'ai fait un trou plus grand et j'ai appris que ma
petite balle n'était gonflée que de mon amour. J'ai appris qu'elle veut bien souffrir pour moi, j'ai appris
qu'elle ne désire que moi, enfin j'ai tout appris!... A présent je vais la raccommoder et voici comment
je vais faire! Je vais la prendre dans mes deux petites mains et souffler dedans bien fort. Puis pour la
fermer je ne vais pas faire autre chose que de déposer un baiser sur le trou que j'ai fait. Ce baiser sera
le cachet de mon cœur, personne ne le pourra briser, personne... Oh! que je suis content! que j'aime ma
petite balle! je puis la percer, je puis en faire tout ce que je veux et toujours elle répète: Jésus je t'aime!
Jésus je t'aime! Jouir, souffrir, souffrir encore! tout ce que tu voudras mon petit Jésus chéri.
O ma Thérèse chérie n'es-tu pas fière, n'es-tu pas heureuse de la préférence marquée que Jésus te
témoigne. Aussi jeune, à 15 ans, il te trouve digne déjà de porter sa croix, il te trouve digne de souffrir!
Quel honneur pour toi! Si tu savais ce que ces épreuves font avancer ton âme dans la voie de la
Sainteté! Tu veux être sainte, grande sainte, sois tranquille Jésus le veut aussi, il en donne la preuve
aujourd'hui.
Adieu chérie de mon cœur. Ce voyage est marqué du baiser de l'Enfant Jésus, marqué de ses
bénédictions! Ce voyage t'a fait faire plus de lieues vers le Ciel que tu n'en as fait sur la terre; ce
voyage est une perle à ta couronne... Oui tu entreras au Carmel quand le bon Dieu voudra! oh! quelle
belle parole, quelle grâce de l'avoir entendue de la bouche de Jésus lui-même. C'est un acte d'abandon
que tu dois faire, voilà la volonté de Dieu pour toi! Que c'est beau! Jésus semble dormir dans ta petite
barque mais ne crains rien, son cœur veille
Celle qui t'aime plus qu'elle-même.