Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à Céline - 23 novembre 1887.

De sœur Agnès de Jésus à Céline. 23 novembre 1887.

 

J.M.J.T.

Ma Céline chérie,

Sursum Corda. Elevons nos cœurs vers le Ciel ! Tout est conduit par Dieu et Dieu nous aime. Oh ! oui il aime d'un amour bien particulier ses petites colombes envolées ! Il les aime ! et pourquoi ? Parce que le fiel ne manque pas au calice de satisfactions qu'il leur présente, parce que sa croix est plantée dans leur cœur (après l'audience du 20 novembre)! Souffrir ! souffrir ! Ah ! ma chérie, voilà le partage des âmes prédestinées. Ne recherchons pas, ne désirons pas autre chose que d'être tout à Jésus, tout à sa volonté ! La vie semble un bien long voyage et pourtant aux yeux de Dieu ce n’est pas la distance qui sépare Rome de Lisieux. C'est [v°] un point dans l'espace.

Un jour nous comprendrons cela ! Un jour nous nous applaudirons de nos larmes ! Un jour nous nous réjouirons de n'avoir pu trouver de jouissance ici-bas ! Ce jour viendra bientôt, travaillons à le rendre resplendissant.

Quelle grâce d'avoir approché de si près le St Père, rien que cette grâce méritait tout le voyage ! Et lui avoir parlé, baisé la main !

Avoir entendu ses paroles, reçu sa bénédiction ! Chérie, ne cessons pas de dire merci à Notre Seigneur, ne cessons pas de lui sourire, la croix est un sourire de son cœur, répondons-lui !

A bientôt ! Confiance, abandon ! Jésus peut tout, il sait tout et nous aime !