Imprimer

De Mère Marie de Gonzague à Thérèse - Vers le 13 décembre 1888

 

De Mère Marie de Gonzague à Thérèse.
Vers le 13 décembre 1888

 

Mon grain de sable chéri a ri de mon gros lot du Panama comparé à sa petite humiliation... il faut
que mon ange chéri sache bien que Jésus ne tient pas tant à la valeur, à la grandeur, à la grosseur du
don qu'on Lui offre, qu'à la manière de lui offrir le présent; une toute petite humiliation bien reçue,
acceptée avec joie, vaut plus au cœur de Jésus que toutes les plus grandes croix du monde, s'il se
niche dans leur acceptation un peu de recherche de soi-même, un petit grain de vanité, un tantinet
d'amour propre, un iota de quelque chose indigne du cœur de Jésus!... Que mon petit rien se prépare
bien par toutes les épines de chaque heure rencontrées sous ses pas à la grande grâce accordée par le
Divin Enfant pendant le mois de Janvier, mois consacré à la Divine Enfance.... Que tout soit offert
pour obtenir de Jésus la grâce de comprendre cette faveur autant que l'esprit de l'homme peut le saisir,
car au ciel seulement nous comprendrons l'insigne honneur que l'Epoux Divin fait à nos âmes en les
unissant à Lui-même.
Nos cœurs unis dans le C. de Jésus.

Retour à la liste des correspondants