Imprimer

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin - 30 décembre 1888.

 

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin

            30 décembre 1888.

 

J M J T

Jésus.             

Mon petit Père chéri,

Que tu es bon pour nous ! Comme tu nous gâtes ! je ne sais comment faire pour t'adresser des souhaits aussi affectueux que mon cœur le voudrait. Ce n'est qu'au Ciel que tu sauras combien je t'aime. . . En attendant [1v] je t'en prie soigne-toi bien et que le bon Dieu te garde. et te protège comme il a toujours fait. Oui mon petit Père tu as bien raison de dire que tu es l'ami du bon Dieu, il t'en a donné mille preuves et à cause de ta confiance et de ta foi Il ne t'abandonnera jamais. N'est-ce pas Lui qui est encore [2r°] notre Médecin, notre Ami le meilleur ?

M. Notta, mon Oncle t'ont bien soigné mais malgré leurs soins tu ne serais pas rétabli si le bon Dieu ne s'en était mêlé. C'est ma conviction. …. .

Tout le Carmel te souhaite une bonne année. C'est le devoir de toutes les Carmélites d'offrir leurs vœux à leur Père nourricier. [2v°] Quand je vois au réfectoire la table abondamment servie et que je pense que c'est la main de mon Père chéri qui nous comble à ce point, mes yeux se mouillent de larmes et je demande à Jésus de répandre à son tour mille bénédictions célestes sur ce cœur paternel si bon, si tendre, si généreux.

Adieu mon petit Père bien aimé, je t'envoie mes plus tendres baisers

Ta petite perle

Sr Agnès de Jésus

Retour à la liste des correspondants