Imprimer

De Francis La Néele à M. Isidore Guérin - 1905

De Francis La Néele à M. Isidore Guérin    [sans date: Marie Guérin meurt le 14 avril 1905]

Bien cher Papa

Votre petite fille s’apprête à paraître devant Dieu. je ne sens plus le pouls, elle a toute sa connaissance. Elle me dit de vous dire qu’elle est bien heureuse très –heureuse avec un grand calme. Elle veut mourir d’amour.
Elle n’a qu’une tristesse c’est de vous faire de la peine en vous quittant. Elle vous aime bien ainsi que Jeanne.
Elle sent sa petite mère auprès d’elle et Thérèse qui la soutiennent et lui sourient.
Elle me dit d’ajouter qu’elle vous aime bien que votre lettre lui a fait un grand bonheur. Elle aime bien Jeanne … la laissera le plus longtemps possible et viendra vous chercher tous les trois ensemble. Du courage bien cher Papa. La petite Marie a la même mort que sa petite mère chérie. Elle fait envie.
Votre fils bien affectueux                                          
La Néele
Sa figure est continuellement souriante comme celle d’un ange elle ne souffre pas si ce n’est d’un sommeil qui l’envahit
Elle peut vivre encore une heure ou deux si vous voulez lui écrire quelques derniers mots elle aura encore le temps de les entendre.