Imprimer

De sœur Marie de l'Eucharistie à J. La Néele. 19 août 1895.

 

De sœur Marie de l'Eucharistie à J. La Néele. 19 août 1895.

 

+ Jésus.                                                                               J.M.J.T.

        Ma chère petite Jeanne,

       Comment m'y prendrai-je bien pour souhaiter la fête à la Grandis­sime et Révérendissime Jeanne La Néele ?... (la fête de sainte Jeanne de Chantal est alors célébrée le 21 août). Je le lui souhaite pourtant du plus profond de mon cœur?... Ici l'auteur s'embarrasse... mais pas pour bien longtemps. Je ne puis maintenant faire qu'une seule chose et ce n'est pas le moins appréciable. Je parle au bon Dieu de tous ceux que j'aime et je lui demande de leur accorder les grâces qui leur sont nécessaires. Je lui en demande une particulière[lv°]ment, qui est un des plus grands désirs de ma petite Jeanne, mais je désire avant tout la volonté du bon Dieu. Je prie papa, maman, Léonie, de t'embrasser bien fort pour moi. Et mon grand Franco... si je l'oubliais, sa petite femme ne serait pas contente de moi. Aussi je le charge de l'embrasser beaucoup de fois en mon nom et je charge mon Credidi19 d'embrasser son pauvre petit microbe de mari, et papa et maman et Léonie pour moi. Enfin, faites tous un concert de baisers retentissants que l'on entende du Carmel. J'ai l'oreille très fine, tu sais, et je suis sûre que je devinerai l'heure de la fête. Si tu savais comme on est bien au Carmel!... Je ne te dis pas cela pour te donner des regrets, ton noviciat est fait à toi, et je sais [2r°] bien que tu te trouves fort heureuse. Quant à moi je le suis beaucoup aussi et je ne céderais ma place à personne.

         Si tu savais ce que Mère Marie de Gonzague est bonne pour moi, la nuit si elle entend remuer, elle écoute bien vite pour savoir si je ne suis pas malade. Dis cela à maman et dis-lui qu'elle m'a remise entre les mains de quelqu'un qui me gâte bien, trop même...

       Je te quitte bien vite, la matraque (planche de bois, munie d'une poignée métallique, servant d'instrument de réveil au Carmel, soit, en été, à 4 h 45, ainsi qu'à 13 heures, fin de la sieste. La postulante écrit à la fin du grand silence de midi) vient de passer, il faut que j'aille travailler.

       Notre Mère te souhaite une bonne fête, Mère Marie de Gonzague t'envoie aussi ses meilleurs souhaits et mes autres petites sœurs aussi.

Ta petite sœur qui te chérit

Sœur Marie de l'Eucharistie

                                 p.c.i.

Retour à la liste des correspondants