Imprimer

De Mère Agnès à Mme La Néele. 23 Janvier 1897.

 

De Mère Agnès à Mme La Néele. 23 Janvier 1897.

 

Jésus                             J.M.J.T.                             Carmel de Lisieux

                                                                                  23 Janvier 1897

 

       Ma chère petite Jeanne,

     Je te remercie bien affectueusement de tes bons souhaits de fête, tu es vraiment bien gentille de penser ainsi à ta pauvre petite cousine. Prie pour elle je t'en conjure, c'est là le plus beau et le plus agréable cadeau que tu lui puisses faire. [lv°] Une Carmélite devrait être si parfaite, si détachée hélas! n'est-ce point là mon fait?...

Mais il ne faut pas que je t'ennuie de mes Jérémiades, ma chère petite sœur. Parlons bien vite d'autre chose. Vois donc comme le bon Dieu t'a protégée en cette malheureuse circonstance de la voiture ! Cela devrait te faire réfléchir et penser que la bonne Providence dispose tout pour ton plus grand bien, qu'elle [2r°] veille sur tes pas et que, si elle retarde l'exécution de tes désirs, c'est pour des raisons d'une infinie sagesse et miséricorde. Oh! je voudrais que tu n'aies plus pour ainsi dire aucun désir ici-bas que celui de te sanctifier avec ton cher Francis, laissant à Dieu le soin de tout le reste. Que ta bonne volonté fécondée par la grâce divine produise des œuvres si saintes, si parfaites qu'elles puissent enfanter des élus, des milliers d'élus qui te devront leur naissance à la vie éternelle. Pardonne-moi [2v°] ma chère petite Jeanne si je te parle comme à une carmélite, et ne crois pas que mon sermon m'empêche de prier de tout mon cœur le bon Dieu de t'exaucer. Je serais bien heureuse moi-même, je t'assure. Mais enfin il ne faut point le désirer avec trop d'ardeur, il ne faut rien désirer ardemment que notre perfection et la gloire du bon Dieu, si bon, si grand, et qui nous réserve tant de biens dans la belle éternité qu'il nous a promise.

Je t'embrasse bien fort, ma chère petite sœur, ainsi que mon grand frère.
Sr Agnès de Jésus
r.c.i.

[2v°tv] Toutes tes petites sœurs t'envoient de bons baisers, parti­culièrement Sr M. de l'Eucharistie. Voilà le grand moment qui approche pour elle! Ne l'oubliez pas tous deux dans vos prières. Notre bonne Mère vous offre son affectueux souvenir.

Retour à la liste des correspondants