Imprimer

De Marie Guérin à Mme La Néele - 10 (?) mai 1894.

 

De Marie Guérin à Mme La Néele. 10 (?) mai 1894. 

Ma chère petite Jeanne,

Je te remercie bien de l'envoi du petit tablier, une autre fois je te chargerai encore de mes commissions, il est d'un goût exquis et plaît à tout le monde, j'en reçois constamment des compliments. Ces jours-ci nous avons été Céline et moi passer nos journées chez Mmes De Cornière et Mommers pour faire douze grands oriflammes blancs semées de fleurs de lis pour la fête [lv°] de Jeanne d'Arc (grande fête du mardi 8 mai) : ils mesuraient six mètres cinquante, nous avions de l'ouvrage sur la planche je t'assure, aussi nous y avons passé deux jours, le premier jour j'avais emporté mon petit tablier blanc qui a reçu toutes sortes de compliments, le lendemain ayant reçu le bleu je me suis empressée de l'emporter, encore une salve de compliments, ils ont fait tous les deux bien des envieux.

Mardi soir j'ai été  à la fête de Jeanne d'Arc qui était splendide, l'illumination était magnifique puis après la cérémonie il y a eu l'embrasement de la cathédrale qui consistait tout simplement en plusieurs feux de bengale. Tous les prie-Dieu de St Pierre avaient été enlevés et remplacés par toutes les chaises des autres paroisses, malgré cela il y avait une cohue à ne pouvoir se tirer dans l'église, j'ai cru que Mr le Curé allait être obligé de descendre de la chaire tellement il y avait bousculade, la nef et les bas-côtés n'étaient pas encore assez vastes, les dames étaient obligées de se mettre dans le chœur, on se mettait où on trouvait de la place. Nous avons été très bien placés, d'abord Alexandre nous gardait qq. places, puis Céline étant du comité (Comité constitué entre les 17 et 21 avril, d'après Le Normand) il y avait des places de réservées pour les jeunes filles et les mamans, moi je trônais avec les mamans. Le comité était charmant, toutes toilettes très simples mais très claires ; [2v°j en face du comité, à droite, se tenaient tous les officiers. L'étendard est magnifique mais si lourd que les jeunes filles qui avaient mission de le porter ont été obligées d'abandonner cet honneur, c'est un prêtre qui l’a porté. La quête était faite dans la nef par N. Janson et Melle Lerebours imprimeur. Nelly avait une taille de soie rouge, un jupon bleu et un chapeau blanc, les couleurs nationales. Dans les bas-côtés je ne pourrais te dire qui a fait la quête. Quant à celles qui devaient quêter aux portes elles ont été obligées de ne pas le faire à cause de la foule immense qu'il y avait. Beaucoup de maisons étaient pavoisées, la nôtre entre autres et celle de Céline, sur toutes nos fenêtres un filet de petits verres puis notre drapeau. C'était fête au logis.

J'espère ma chère petite Jeanne, que tu vas être contente de tous les détails que je te donne, quant aux santés, [lr°tv] bonne-maman va bien gentiment ces jours-ci, moi je vais toujours bien, mais malgré ce « bien » je serai très heureuse de voir mon médecin, la constipation ne cède devant aucun remède.

Je t'embrasse comme je t'aime ainsi que toute la famille. Embrasse bien mon médecin pr moi

Ta petite sœur

Marie

Retour à la liste des correspondants