Imprimer

De Mme Guérin à J. La Néele - 11 juillet 1894.

 

De Mme Guérin à J. La Néele. 11 juillet 1894. 

La Musse 11 juillet 94

Ma Chère petite Jeanne

J'ai bien reçu ta lettre hier, elle nous a bien rassurés. Tu es une bonne petite commissionnaire, et malgré ce que tu en dis, tu t'expliques très-bien, on ne peut mieux. Tu as très-bien rempli ta mission. L'idée que nous nous faisions de Léonie était donc l'idée juste, nous ignorions seulement la cause. Je crois que la lettre de ton père a porté. Merci, ma chère petite Jeanne, de ta lettre. Céline te remercie bien, elle va [lv°] se tranquilliser un peu au sujet de sa sœur. — J'ai reçu hier une lettre de ta tante qui me donne de bonnes nouvelles de maman et qui me dit que samedi 14 elle doit aller à Trouville. Je lui écris par ce même courrier, et je lui dis que c'est ce jour-là que vous passerez à Lisieux. Mais comme ton mari correspond avec M. Maudelonde et qu'il peut avoir besoin de le voir, c'est à vous de vous entendre là-dessus. Je me récuse. — Si tu as la migraine, ma chérie, il [2r°] vaut mieux nous envoyer une dépêche. Tu n'as qu'à la mettre vendredi au moment où tu dois partir de Caen (si tu ne pars pas). Puisque tu pars dans l'après-midi, elle aura bien le temps de nous arriver. N'y pense donc pas avant ton départ. Vois-tu, nous avons des chevaux sur lesquels nous pouvons compter si peu que nous évitons toute course inutile, c'est pourquoi je te demande une dépêche. — Nous avons ici une tempête épouvantable. Cette nuit c'était effrayant. Les habitants des petites chambres commençaient à trouver que leurs lits dansaient. Je [2v°] ne puis t'en dire bien long, l'heure du Courrier me presse tellement. Hier, nous avons eu un vrai mauvais temps, pas moyen de sortir. M. Martin est un peu moins bien depuis deux jours, il se courbe en deux et avale plus difficilement. Hier, il était tellement courbé qu'en l'arrangeant, il a échappé à Désiré et est tombé. Il s'est fait une grosse bosse au front, énorme, on lui a mis un bandeau avec de l'eau blanche. La nuit a été bonne, et il ne va pas s'en apercevoir.

A bientôt, ma chérie, nous t'embrassons tous de tout cœur ainsi que Francis et nous te disons encore merci de ta bonne petite lettre.

Ta mère

C.G.

Retour à la liste des correspondants