Imprimer

De Mme Guérin à Mme La Néele - 28 juin 1893.

 

De Mme Guérin à Mme La Néele. 28 juin 1893. 

28 juin 93.

Ma Chère petite Jeanne

Je t'écris deux mots seulement ce matin pour te dire que nous sommes bien arrivés hier à La Musse. Notre voyage s'est très-bien passé (en train, les Guérin descendaient alors à la Bonneville et il restait trois km à parcourir en voiture à cheval pour atteindre la Musse). Ce bon Monsieur Martin s'est laissé conduire comme un petit enfant. Il regardait mon mari avec une attention que tu ne saurais croire. Il voyait bien qu'il le protégeait.

[lv°] Nous voilà à peu près organisés, personne n'est malade, pas de migraine, pas trop de fatigue. Sois donc tranquille ma chérie, à  notre sujet. J'attends ta lettre aujourd'hui, j'ai bien le désir d'avoir de vos nouvelles. Céline et Marie ont été à pied à la messe avec Alberte (une des nombreuses domestiques de la Musse.) Elles ont rencontré une multitude de petits lapins.

C'est demain la fête St Pierre (tournure locale, pour dire que c'est la fête de M Pierre Fourmet, père de Mme Guérin), j'espère les accompagner. C'est un jour qui autrefois nous réunissait tous en [2r°] famille. Maintenant, nous pouvons encore nous unir par la communauté de prières pour notre bon père.

Je t'embrasse de tout cœur ainsi que Francis. Toute la famille se joint à moi. Je crains de manquer le courrier.

Ta Mère toute dévouée

C.G.

Retour à la liste des correspondants