Imprimer

De sœur Agnès à Jeanne La Néele - 5 décembre 1891.

 

De sœur Agnès à Jeanne La Néele. 5 décembre 1891.

J.M.J.T.
Samedi 5 décembre 91
Jésus
Ma chère petite Jeanne,
Tu sais sans doute déjà le bienheureux départ de notre Sainte (Mère Geneviève) martyre ! Mais Notre
bonne Mère veut bien me permettre de t'écrire quand même ce petit mot...
Chère petite Sœur nous [1 v°] avons donc maintenant au Ciel une protectrice de plus ! Son âme nous
suivra avec une sollicitude d'élue incompréhensible mais réelle et ineffable...
Si tu savais quelle Sainte tu avais et tu as encore pour Amie !... Sur cette pauvre terre où les vrais amis
sont si rares... quel trésor sans prix que ce cœur [2 r°] de Mère...
Je ne te parlerai pas de sa dernière heure si ce n'est pour te dire qu'elle a été l'écho fidèle de sa vie... Après
d'atroces douleurs supportées avec une patience héroïque elle s'est endormie dans le baiser du Seigneur
ce matin Samedi au moment où la cloche du Monastère tintait l'Angélus... Nous sentons toutes depuis
ce [2 v°] moment je ne sais quelle paix délicieuse (on relira en Ms A, 78 v° le récit de la mort de Mère
Geneviève). Ce n'est vraiment pas une mort que cette mort ! C'est un départ sans départ, une absence sans
absence...
Ma Jeanne chérie prie bien pour notre Mère toujours souffrante et qui a bien besoin du secours d'en haut
dans ces jours d'angoisses...
Je t'embrasse comme je t'aime. Cette lettre est aussi pour notre cher Francis.
Ta petite sœur
Sr Agnès de Jésus
r.c.ind.
[1 r° tv] L'inhumation aura lieu mercredi ( la cérémonie sera reportée à plusieurs reprises) à 8 h.

Retour à la liste des correspondants