Imprimer

De Léonie à Céline. 2 septembre 1894. Fragment.

 

De Léonie à Céline. 2 septembre 1894. Fragment.


2 sept. 1894

Ma sœur très-chère,

Notre bonne Mère a entendu beaucoup parler de l’Année Litur­gique, (de Dom Guéranger, lecture en honneur aux Buissonnets) mais ne connaissant pas cet ouvrage, elle désirerait voir seulement un des volumes de l'Avent. J'espère ma chère petite Céline que tu voudras bien penser à nous l'apporter à ton prochain et dernier voyage.

       J'ai reçu ta bien-aimée lettre, je ne pourrais rendre ce que sont tes lettres pour moi et celle-ci en particulier ; je pense bien tout cela comme toi, mais je n'ai pas comme toi le don de dire et d'écrire de si belles choses, je suis forcée de tout garder dans mon cœur.

     J'ai communié pour toi ce matin, ma très-chère Céline. Oh! oui, tu m'es bien chère, ton souvenir ne me quitte pas et que l'amour est fort quand il est cimenté par la souffrance.

A bientôt, sœur très-aimée, jetons-nous dans le Cœur de notre unique Époux.

 

Retour à la liste des correspondants