Imprimer

De Léonie à Thérèse - 27 août 1893

De Léonie à Thérèse.
27 août 1893
Visitation, 27 août 1893
Ma bien chère petite Thérèse,
Ta lettre m'a fait bien plaisir. Si tu savais comme je désirais une lettre du Carmel !
Tu me compares à la petite colombe de l'Arche ; j'y ai pensé bien des fois, car, en effet, c'est mon
histoire. Je me compare aussi à l'enfant prodigue : je suis revenue de nouveau me jeter non seulement
dans les bras du bon Dieu, mais encore et surtout dans son divin Cœur. Je suis parfaitement heureuse,
du reste Céline pourra t'en donner des nouvelles, nous nous sommes entretenues bien longtemps.
Cette chère petite sœur a une large place dans mon cœur, sa générosité dans les épreuves que Dieu lui
envoie me touche profondément, c'est une bien belle âme qui est appréciée et aimée à la Visitation.
C'est demain l'anniversaire de la mort de notre Mère chérie (Mme Martin), elle nous voit du haut du
Ciel, elle prie pour nous, mais bien sûr qu'elle a un regard plus tendre, une protection plus sensible
pour sa petite Céline restée seule dans le monde pour accomplir son devoir tout filial et bien doux
auprès de notre père chéri.
Je te quitte, ma chère Thérèse, ou plutôt non, nous sommes toutes au contraire bien unies dans le
Cœur de Jésus, c'est là seulement que l'on s'aime avec une tendresse qui durera non seulement en cette
courte vie, mais aussi pendant la bienheureuse éternité.
Ta pauvre petite sœur qui t'aime de tout son cœur.

Retour à la liste des correspondants