Imprimer

LT 104 - A soeur Agnès de Jésus. (Fragments) - 5-6 Mai 1890

 

5-6 mai 1890
J.M.J.T.
 
                Merci de votre lettre, ah ! merci !...
                Cela ne m'étonne pas que vous n'ayez pas de consolation, car Jésus est si peu consolé qu'il est heureux de trouver une âme où il puisse se reposer sans faire de cérémonies...
                Que je suis fière d'être votre soeur ! Et aussi votre petite fille car c'est vous qui m'avez appris à aimer Jésus, à ne chercher que Lui.
                (...) et à mépriser toutes les créatures...
                Pour Céline, je n'en sais pas plus long que vous, et même moins, car je ne savais pas qu'elle souffre, si ce n'est dans (...) ennuyeux, d'abord Céline nous a parlé de ce pauvre petit Père, elle a remarqué que c'est
                (...)
elle nous (...) de Jeanne. Elle nous a dit aussi de beaucoup prier pour Léonie, car elle souffre de son mal et je crois que mon oncle trouve cela dangereux, c'est enflé tout autour.
                Céline nous a parlé de ce pauvre petit Père, elle a remarqué que c'est samedi, jour de l'Invention de la Sainte Croix que nous aussi nous avons retrouvé notre croix ! Léonie était là. Elle espère être guérie à la Ste Face ou à Lourdes. Elle descendra dans la piscine. Pauvre Léonie, elle était bien bonne et voulait se priver de ses parloirs pour faire plaisir à Céline... Vêpres ayant sonné, je suis partie. Je ne sais pas quand elles seront à Tours, mais je crois que la semaine prochaine, elles seront à Lourdes. Il faut écrire lundi ou mardi avant midi, afin que la lettre arrive samedi.
                Oh ! que la terre est exil !... Il n'y a aucun appui à chercher en dehors de Jésus car Lui seul est immuable. Quel bonheur de penser qu'il ne peut changer... Quelle joie pour notre coeur de penser que notre petite famille aime si tendrement Jésus ; c'est toujours ma consolation ; notre famille n'est-elle pas une famille virginale, une famille de lys ?... Demandez à Jésus que le plus petit, que le dernier ne soit pas le dernier à l'aimer de toute sa puissance d'aimer !...