Imprimer

LT 163 - A soeur Thérèse-Dosithée (Léonie) - 20 Mai 1894

J.M.J.T.
Jésus
Dimanche 20 Mai 1894

 
                Chère petite Soeur Thérèse,
 
                Que ta lettre m'a causé de joie !... Je ne puis assez remercier le Bon Dieu pour toutes les grâces dont Il te comble.
                Céline nous a instruites des moindres détails de la belle fête du 6 Avril. Comme notre petite Mère du Ciel devait se réjouir ce jour-là !... Et ma Tante du Mans, comme son regard était fixé sur toi avec amour !
                Je suis bien heureuse que ma Ste Mère Thérèse soit devenue la tienne, il me semble que c'est un lien qui nous unit ensemble plus étroitement encore.
                Je ne puis, chère petite Soeur, te dire tout ce que je voudrais, mon coeur ne peut traduire ses sentiments intimes avec le froid langage de la terre... Mais un jour au Ciel, dans notre belle Patrie je te regarderai, et dans mon regard tu verras tout ce que je voudrais te dire, car le silence est la langue des heureux habitants du Ciel !...
                En attendant, il faut la gagner la Patrie des Cieux... Il faut souffrir, il faut combattre... Oh ! je t'en supplie, prie pour ta petite Thérèse afin qu'elle profite de l'exil de la terre et des moyens abondants qu'elle a pour mériter le Ciel.
                Céline nous a appris le résultat de vos élections, j'ai souffert en te voyant quitter une Mère que tu aimais, mais je me suis consolée en pensant que Celle qui la remplace est vraiment digne de sa Sainte Devancière et je suis bien sûre que tu as maintenant pour te guider vers Jésus deux Mères qui méritent ce doux nom.
                Je te quitte, chère petite Soeur, sans jamais m'éloigner de toi par le coeur, et je te prie d'offrir mon respectueux souvenir à tes bonnes Mères.
 
Sr Thérèse de l'Enfant Jésus, de la Sainte Face
rel.carm.ind.