Imprimer

LT 72 - A M. Martin - 30 décembre 1888

J.M.J.T.

Jésus !...      Le 30 décembre 88

Mon Roi chéri,

 

Quel bonheur de pouvoir cette année, t'envoyer du Royaume du Carmel mes souhaits de bonne année. Jamais ta petite Reine n'a pu t'offrir son affection avec plus de joie, elle se sent si près de son Roi, si près que rien en saurait l'en éloigner !...

Les Rois de la terre sont tout heureux quand ils ont pu faire contracter à leurs filles de nobles alliances, et quelle reconnaissance n'ont pas ces enfants pour leurs parents !... Pour ta petite Reine c'est une tout autre affaire, toi en Père, et vraiment en Roi, tu n'as voulu la confier qu'au Roi du Ciel, à Jésus lui-même, d'Orpheline de la Bérésina, j'ai passé au titre si noble de Carmélite.

Comme je dois aimer un Père qui a bien voulu me procurer un si grand bonheur, et comme je l'aime !... Si le guide de Rome était là, il pourrait dire : «Messieurs les Abbés, je vais vous faire voir un Père comme jamais vous n'en avez vu, il y a de quoi vous faire tomber en émerveillaison.» N'est-il pas vrai, mon petit Père chéri, que tu ne pouvais faire davantage pour ta petite Reine. Si elle n'est pas une Sainte ce sera bien de sa faute, car avec un Père comme toi elle en a bien les moyens !...

Père chéri, le jour tombe, il est temps que je te quitte, mais en te retrouvant à côté de Jésus, à ta place véritable.

Bientôt luira pour nous le jour sans ombres, et alors jamais nous ne finirons notre entretien !...

Bonne année, mon Roi chéri, merci de toutes les gâteries que tu nous as faites cette semaine !... et pendant TOUTE l'année !...

Que Jésus te comble de ses bénédictions, qu'il te donne comme il l'a promis le centuple en cette vie et son BEAU Ciel en l'autre, voilà le souhait de ta petite Reine qui t'aime plus que jamais Reine n'a aimé son Roi.

 

Sr Thérèse de l'Enfant Jésus
post.carm.ind.