Imprimer

De Mère Marie de Gonzague à Thérèse - Septembre (?) 1887

De Mère Marie de Gonzague à Thérèse.
Septembre (?) 1887


J.M.J.T.


Ma Thérésita chérie,
J'ai appris par la voix d'une sœur aînée et chérie que mon enfant ne suit pas l'obéissance! où donc est la
promesse faite par mon petit enfant de manger beaucoup beaucoup? il faut faire comme si nous étions
au Carmel; eh bien! lorsque nous serons au réfectoire il faudra prendre tout ce que l'obéissance nous
donnera; si on a mal à la tête c'est la faiblesse, il faut manger davantage; convenu.
Est-ce que mon séraphin ne veut pas venir retrouver ses aînées si heureuses au service du bon Dieu?
Si on ne prend pas la nourriture nécessaire, on ne pourra pas réussir! Du courage, enfant du cœur,
patience et espérance, les années marchent, les mois sont courts, les jours sont des heures et bientôt
l'heure tant désirée sonnera, mais JE VEUX que mon enfant mange beaucoup beaucoup...
Convenu, promis, et notre Marie de la Trinité (Céline) me donnera des nouvelles de l'obéissante enfant
de mon cœur (ma Thérésita).
Sr M. de Gonzague

Retour à la liste des correspondants