Imprimer

De Mère Marie de Gonzague à Mme Guérin - 17 mai 1888.

De Mère Marie de Gonzague à Mme Guérin. 17 mai 1888.

 

Jésus!                           J.M.J.T.                                                  

Carmel de Lisieux

17 mai 1888.

Madame,

Comme mon cœur se sent en retard avec vous et Monsieur Guérin ! Ne pas vous avoir dit encore toute ma reconnaissance pour vos intarissables bontés à mon égard (pendant sa maladie) est trèsmal, mais je vous sais si bonne, Madame, que je veux espérer que votre cœur a compris les fibres du mien et vous aurez su ma gratitude à jamais.

Notre chère et fervente retraitante se prépare dans une complète solitude au plus grand et plus beau jour de sa vie, son alliance avec l'Epoux Céleste; ce grand jour sera pour notre intérieur à nous le Mardi 22, on a pensé avec raison que le matin de la fête extérieure serait trop employé. Aussi je veux que vous sachiez aussitôt cette pensée venue, que notre Marie du Sacré-Cœur sera l'Epouse de Jésus [1 v°] Mardi matin après la messe de 7 heures, nous nous rendrons au chapitre ; je ne doute pas que son oncle si chéri, sa tante bien aimée et ses petites sœurs chéries (ses cousines Jeanne et Marie Guérin) soient avec nous de cœur et de prières.

Maintenant pour notre grand jour de fête extérieure où vous serez tous, j'espère, voici ce qui a été réglé par les Supérieurs pour les heures : le matin à 8 heures, Messe par Monseigneur, sermon du R. P. Pichon ensuite et la cérémonie de la prise de voile; à 2h 1/2 Sermon par Sa Grandeur ou le gd vicaire qui l'accompagnera et une Bénédiction très solennelle.

Je crois que la cérémonie du soir ne sera pas très longue, Monseigneur partant pour Caen immédiatement après, afin de pouvoir aller Jeudi matin donner la confirmation à Mouen près Caen.

Je vais envoyer à Madame Fournet, à Madame Maudelonde les heures, ainsi qu'à ces demoiselles Pigeon ; si vous avez quelques personnes qui seraient heureuses d'assister à la fête, vous nous ferez grand plaisir, Madame, de les inviter.

Nous avons pour petite quêteuse Madeleine Decornière (sixième enfant du Dr de Cornière. Madeleine devait quêter dans la chapelle du Carmel, à la cérémonie du 23 mai).

[2 r°] J'espère que les heures ne seront pas opposées aux occupations de Monsieur Guérin.

Nous ne cessons de prier pour votre ange Marie, qu'elle est aimable et gentille, cette enfant, son Loulou (surnom passager de Thérèse)prie bienfort pour elle et sa guérison ! autre perfection que ce Loulou, jamais je n'aurais pu croire à un jugement aussi avancé en 15 années d'âge !... pas un mot à lui dire, tout est parfait...

Vos enfants chérissent leur oncle et leur tante autant que des enfants peuvent aimer, et couvrent de baisers leurs sœurs tant aimées.

Mon profond respect et religieuse reconnaissance à Monsieur Gué­rin. Veuillez, Madame, croire à toujours à mes plus affectueux sentiments. Votre petite Amie et servante

Sr. Marie de Gonzague.

R c i.