Imprimer

De Mère Marie de Gonzague à M. Guérin - 15 décembre 1887

De Mère Marie de Gonzague à M. Guérin.
15 décembre 1887


J.M.J.T.


Monsieur,
Je suis importune, mais je connais votre cœur et je viens en enfant vous exposer ma pensée : Que va
dire Monseigneur du silence de tout le monde? je me fais cette réflexion, lui qui avait dit que l'on
déciderait la chose au retour de Rome..., et surtout après la démarche faite par le vénérable Père, est-
ce que vous ne trouvez pas cette abstention blessante pour lui?... Moi, je ne puis rien faire pour le
moment; l'enfant doit rester dans le silence, comment nous tirer de là ?
Il me semble, Monsieur, qu'il n'y a que votre perspicacité qui puisse y arriver; Mr le Supérieur est
toujours dans les mêmes sentiments. Il me tarde de savoir si lors de votre visite Mr le Supérieur vous a
posé quelques questions? je crois qu'il faut un miracle pour que la chère enfant soit exaucée dans son
désir de Noël.
Agréez, Monsieur, nos plus religieux hommages et sincère reconnaissance.
Vous voudrez bien, Monsieur, nous envoyer la semaine prochaine notre facture (pour les frais de
pharmacie).
Votre humble servante
Sr Marie de Gonzague
r.c.i.

Retour à la liste des correspondants