Imprimer

De Marie Guérin à Céline. 16 septembre 1894.

 

De Marie Guérin à Céline. 16 septembre 1894.

 

Ma jolie petite Céline,

     Je t'envoie toutes les photographies afin que tu fasses choisir à ma mère chérie celle qui lui rappelle le mieux sa petite Marie. Quant aux grandes, où nous sommes toutes les deux, nous avons reçu hier soir celles qui manquaient pour faire la demi-douzaine. Je les envoie aussi pour que ma mère chérie choisisse. Tu vas te servir par la même occasion, car il est bien juste que tu aies le portrait de ta jolie petite coquille.

     Hier soir, papa a été repris un peu de tristesse, mais il n'a pas pleuré et ce matin tout est passé. Pour le faire rire, j'ai pris mon sac à talents, celui de singer tout le monde, et tu sais comme je suis drôle, et comme je m'entends à faire le petit singe, j'ai (l v°] imité la voix de M. l'abbé Baillon (Confesseur extraordinaire du Carmel en 1892-1908, tout en étant chapelain de la Providence de Lisieux. Thérèse aussi mimera son célèbre « raigrettez-vous? » LT 232). toute la soirée, tout le monde s'amusait à me faire parler ainsi, et c'était des éclats de rire à n'en plus finir.

Je suis vraiment très gaie surtout depuis mon parloir, je te vois heureuse et cela me suffit, et n'ai plus aucun crève-cœur; seulement tu ferais bien de prier pour que j'aie les nerfs à l'endroit en place de les avoir à l'envers, c'est sans doute moi qui couche sur la mauvaise paillasse, et toi sur la bonne, parce que je ne peux pas dormir.

   Ce soir je vais montrer la lanterne magique et Jeanne Denis va y venir, elle n'en a jamais vu, aussi je vais envoyer chercher la poésie sur notre voyage, (Voyage excentrique à la Cordillère des Andes) voudrais-tu donner en même temps un petit mot pour

m'expliquer si pour la lanterne magique les verres du voyage doivent être tournés du côté de la gélatine regardant la lumière, j'ai peur qu'elle ne fonde ainsi.

     Pendant que j'étais au Carmel, hier, J. Denis est venue me voir, elle m'apportait son cliché de photographie, d'abord elle a voulu faire le portrait du petit neveu à M. l'abbé Duchemin (car c'est bien son petit neveu, elle nous l'a dit); mais le petit bonhomme a trop remué, ensuite elle a voulu prendre son chien avec sa niche, mais elle n'a mis que 4 secondes de pose et c'était sous un arbre, si bien que l'on aperçoit la forme du chien et sa niche, mais ce n'est pas venu, je crois qu'il faut bien 8 à 10 secondes sous un arbre. Si je me trompe, tu vas bien me le dire dans ton petit mot. Le cliché est très flou.

       Francis est en ce moment-ci à consulter Joseph de Cornière qui a été repris depuis mercredi de sa fièvre des colonies. M. de [2v°] Cornière a fait demander Francis pour une consultation sérieuse. Il paraît que la famille de Cornière n'en revient pas que tu sois au Carmel, elle ne te croyait pas cette vocation-là, Joseph non plus, il l'a dit hier soir à papa, c'est pour cela qu'il a été si étonné quand on lui a appris. Mais le cri général de tout le monde est pour moi qui dois avoir tant de chagrin, c'est moi que l'on plaint le plus, alors papa a répondu que je n'ai pas plus de chagrin que lui. Là-dessus Joseph a repris qu'il avait remarqué à La Musse que j'étais excessivement énergique, il paraît qu'aussitôt rentré de La Musse c'est cela qu'il a dit de moi à ses parents. Pourrais-tu me dire qu'est-ce que j'ai pu faire de si énergique là-bas? — Une pauvre petite poule mouillée qui devient énergique en un jour, c'est assez étonnant cela.

Je t'envoie la surprise que j'ai faite avec maman, seulement elle est mise dans des plats très pauvres... J'ai oublié de te dire que maman a fait vœu de pauvreté, c'est pour cela que l'on a de si jolis plats.

[2v°tv] Je te mange de baisers, embrasse bien fort ma mère chérie pour moi et dis à toute la communauté qu'elle ne sait pas le trésor qu'elle possède depuis 2 jours, il faut avoir vécu cinq ans avec ce joli petit trésor-là pour le connaître.

Ta petite chérie

Marie

Nous allons cet après-midi à Fervaques (Résidence des Pottier, tout près de Lisieux. Est-ce que je ne te raconte pas assez les nouvelles?

[lr°tv] La nature a vraiment bien des non-sens, nous donnons aujourd'hui une grande fête aux Carmélites en l'honneur d'une très grande épreuve que le bon Dieu nous envoie. C'est assez étonnant cela.

Retour à la liste des correspondants