Imprimer

De Marie Guérin à Céline. 11 octobre 1894.

 

De Marie Guérin à Céline. 11 octobre 1894.

     Deux mots à la hâte pour te dire que tu as prophétisé. Papa a retrouvé ma tante tout entière, et c'est pour elle seule qu'il y a un cercueil. Je vais te donner d'autres renseignements cet après-midi, papa est tellement bousculé que je n'ai pu lui demander d'autres détails. C'est à dix heures comme c'est convenu que nous allons au cimetière. Ce pauvre petit père en est positivement malade des deux jours qu'il vient de passer dans l'émotion continuelle. Priez bien pour lui et pour moi qui vais représenter de mon mieux les vierges de la famille.

Ta petite sœur Marie

C'est une douce consolation pour moi de représenter mes grandes sœurs du Carmel et je vais faire tous mes efforts pour les représenter le plus dignement possible.

Retour à la liste des correspondants