Imprimer

De sœur Marie de l'Eucharistie à M. Guérin. 28 décembre 1895.

 

De sœur Marie de l'Eucharistie à M. Guérin. 28 décembre 1895.

 

Notre Mère n'a pas le temps de finir la lettre et je suis bien contente d'y mettre mon petit mot. Que ma petite Jeanne surtout soit le plus gaie possible et s'occupe beaucoup, qu'elle ne pense pas trop à elle-même, à sa maladie, c'est le plus sûr moyen de guérison. Plus on laisse le bon Dieu agir et plus vite il exauce.

       Maman voudrait-elle m'envoyer ce matin de l'anisette, le petit livre de Devinades qui était dans le placard du petit salon et mon joli service à café qui était dans une boîte rouge en chagrin? Je crois bien qu'il est avec la dînette. Que maman ne se fatigue pas trop à le chercher, j'aime mieux m'en priver que de la rendre malade. Je la remercie bien de tous ses envois et particulièrement du petit jeu de dominos. C'est grande fête au Carmel, les petites novices sont maîtresses aujourd'hui, elles font tout ce qu'elles veulent. Moi je suis le Bébé innocent et je m'attends à bon nombre de farces. Ce matin la Communion a été faite pour les Innocents du Carmel. L'office est officié par toutes les petites novices. Sr Geneviève et Sr Marie-Agnès ont le voile noir. [2v°tv] Sr Thérèse de l'Enfant Jésus a le voile blanc et fait versiculaire avec moi.

Je vous embrasse tous du plus fort de mon cœur. Votre petite fille qui vous écrit en carmélite.

Sr Marie de l'Eucharistie

[lr°tv] Noël est fêté au Carmel comme jamais je n'ai vu... La Communauté n'est plus reconnaissable, c'est licence et tout le monde est à la joie. Les repas sont splendides, tous les jours nouveaux mets : galettes de sarrasin, crêpes, beignets, pets de none, etc. etc.

Retour à la liste des correspondants