Imprimer

De sœur Marie de l'Eucharistie à Mme Guérin. 13 juin 1896.

 

De sœur Marie de l'Eucharistie à Mme Guérin. 13 (?) juin 1896.

 

+ Jésus                                                                               J.M.J.T.

 

Ma chère petite Mère,

         Tu vois que tu n'as pas été bien longtemps sans avoir de mes nouvelles. Je vais vraiment très bien, j'ai été à Matines toute la semaine et me suis levée à 5 h 1/2 à la place de 5 h moins un quart. C'est un grand progrès car depuis longtemps je faisais la paresseuse et le matin et le soir. L'appétit est revenu et je crois que d'ici peu j'irai aussi bien que lorsque je suis entrée. [lv°] Es-tu contente de mon bulletin de santé, ma chère petite Mère?

       Et vous, bienheureux habitants de la Musse, comment allez-vous? Comment va mon petit Père? Depuis votre départ la pluie ne cesse pas, et une très forte pluie. J'ai bien pensé à vous et si dans votre pays de Cocagne le temps fait aussi grise mine, vous avez dû être traversés pour arriver à la Musse (les Guérin descendaient à la Bonneville, distante de 3 km de la Musse; une voiture à cheval les prenait à la gare.   Le journal Le Normand du 13 juin signale des pluies diluviennes à Lisieux, avec inondations). J'ai bien prié le bon Dieu pour que mon petit Père n'attrape pas de mal pour son arrivée.

       Si tu savais ma chère petite Mère, pourquoi je t'écris!... C'est pour te demander une chose que tu vas [2r°] peut-être trouver impossible : Pour la fête de notre Mère ne pourrions-nous pas avoir des truites?... Pierre tendrait les filets tous les soirs et comme on en prend souvent 3 ou 4 par nuit, à la fin de la semaine il y en aurait une gentille provision. Je pensais que vous pourriez les conserver jusqu'au Vendredi dans le réservoir et nous les envoyer pour samedi. Cela ferait une grande fête car on [n'] en mange pas tous les jours. Comme ce sera un jour gras il en faudrait pour 20 personnes qui ne mangeront avant qu'un œuf à la coque (le dimanche estt « un jour gras » pour les sœurs dispensées de l'abstinence de viande - perpétuelle au Carmel selon la Règle primitive, le poisson et les œufs étant seuls autorisés. Donc, les sœurs « au gras » ne mangeront pas de truites). Si elles sont très belles, de 12 à 15 suffiraient, sinon il en faudrait [2v°] 18. Tu me répondras à ce sujet. Si cela coûtait trop cher, de port ou d'entrée (frais d'octroi, pour l'entrée à Lisieux), il ne faudrait pas le faire.

           Notre Mère ne voit pas ma lettre, elle sait bien que j'écris à propos de sa fête. Quand tu verras M. le Curé de Navarre (M. l'abbé Levasseur), dis-lui je te prie, que j'ai le plus grand désir de lui écrire mais que cela m'est impossible, comme notre Mère voit mes lettres, je ne puis lui dire ce qui se passe en mon âme. Dis-lui que j'ai beaucoup besoin de ses prières, que depuis ma prise d'habit le bon Dieu me fait de très grandes grâces, mais ce sont des grâces crucifiantes. Si je pouvais lui écrire librement ce ne serait pas 4 pages que j'écrirais mais une vingtaine de pages. Tout ce que je lui fais dire par vous tous est secret, qu'il ne m'en parle pas ouvertement. Tu comprends, n'est-ce pas.

         Quand tu me répondras, tu pourras mettre un petit billet dans ta lettre sur lequel tu écriras (Personnelle), souligné. Notre Mère ne le verra pas. Il sera en plus de la lettre. Notre Mère ne sait pas pour les truites.

       Je pense bien à vous, trop peut-être, [lr°tv] et je suis si souvent partie à la Musse que je crois que le bon Dieu n'en est pas content. Il sait bien me faire sentir ses reproches, aussi je tâche d'être bien fidèle. Il faut, paraît-il, que je devienne une grande sainte. La pratique en est dure et difficile.

       Je vous embrasse tous des millions millions de fois.

Donnez-nous des nouvelles de la Musse, cela intéresse tout le monde. Comment va ma vieille Bichette? et la jeune? Elle a 26 ans ma vieille Bichette... Nous commençons à être bien vieilles toutes les deux (la jument Bichette a le même âge que Marie Guérin, qui aura 26 ans le 22 août suivant.)

J'écrirai aussi à [lv°tv] mon petit Père, je serai trop fière de recevoir des lettres de lui.

       Votre petite fille qui aime beaucoup ses chers parents.

Marie de l'Eucharistie

                           r.c.i.

[2r°tv] Buffet ne pourrait-il pas nous apporter la rose des Enf. du Mt Carmel lorsqu'elle sera fleurie? Les bouquets de roses font bien plaisir, surtout pendant le mois du Sacré Cœur.

       Dans le petit mot « Personnel » que tu m'écriras, ne me parle de rien qui ne puisse être lu par notre Mère, j'aurais trop peur qu'elle ne le voie sans y penser. Ne me parle que des truites ou de la fête.

Retour à la liste des correspondants