Imprimer

De Marie Guérin à Léonie - 1er mai 1889.

De Marie Guérin à Léonie. 1er mai 1889.

Lisieux le 1er Mai 1889.

Ma chère petite Léonie

Tu dois trouver que je tiens bien mal mes promesses, je devais t'écrire Lundi (Lundi 29), mais j'ai été tellement occupée que je n'ai pu le faire. Ma tante (Mme Maudelonde) a été passer Lundi et Mardi à Caen et pendant tout ce temps nous avons eu Céline et Hélène. Tu comprends qu'il m'a été impossible de trouver un moment pour t'écrire. De plus nous attendions une lettre avec impatience depuis Jeudi sans aucun signe de vie, cela commençait à être bien long. C'est aujourd'hui l'Adoration Perpétuelle à St Pierre, les cloches sonnaient ce matin à toute volée, et j'ai pensé que si vous aviez été là vous seriez montées au grenier.

[v°] Nous n'avons pas encore reçu la visite de Marguerite Pougheol, nous l'attendons pour aujourd'hui. Melle Godard [professeur de dessin et de peinture], a repris son cours hier, elle a entretenu ses élèves sur sa filleule, une enfant de neuf mois, extraordinaire qui mange toute seule à table, c'est un bijou, elle est blanche comme un lys et rosée comme une rose de Bengale un peu pâlie. Quelles expressions poétiques ! Décidément Melle Godard réunit tous les arts. Je ne savais pas que mes cousines dépendaient ainsi du gouvernement. Vous viendrez donc fêter avec nous le 5 Mai, anniversaire du centenaire de la Convocation des Etats Généraux. Il y aura grande fête à Lisieux, retraite aux flambeaux, illumination, etc. etc. Le gouvernement a ordonné des vacances dans toutes les pensions, jusqu'au Mardi, à ce propos informez-vous donc s'il n'y a pas des billets d'aller et retour jusqu'à Mardi. Je vous conseille cela très sérieusement. Regarde un peu l'étourderie de ta cousine, je m'aperçois qu'à la place d'employer la 2e personne du singulier j'emploie la 2e personne du pluriel.

Adieu ma chère petite Léonie, Samedi est bien long à arriver, il se hâte lentement. Embrasse bien Céline pour moi.

Le Lutin

Marie

Retour à la liste des correspondants