Imprimer

Sr Agnès à Marie MSC - Juillet (?) 1886.

Sr Agnès à Marie MSC. Juillet (?) 1886.

 

J.M.J.T.

Ma chère Marie,

Voici une nouvelle lettre du P. Déodat (Déodat de Basly). J'espère que Léonie doit être heureuse !... Je demande au bon Dieu qu'elle en profite et devienne bien, bien bonne.

Quant à toi ma petite soeur chérie, à toi, la privilégiée, l'unique, à toi qui me semble si favorisée en tout point, ah ! que Jésus te rende ce qu'il veut. Ce qu'il veut, c'est beaucoup je crois, mais qu'importe, n'est ce pas Lui qui nous donne de quoi lui donner!

Notre Mère m'a montré ta lettre. Je n'ai pas de peine. [v°] C'est bien à cela que je m'attendais. C'est impossible autrement.

Notre Mère aime bien sa Marie, cela me fait tout à fait plaisir. Je me dis: Au moins, elle sera comprise de ce coeur là ! Pauvre Marie ! Pauvre et riche à la fois. Pauvre de tout ce qui passe, c'est à dire pauvre des joies de la terre, mais riche de l'abondance des Cieux.

Adieu ma Marie, ma bien aimée comme écrivait Papa pendant son grand voyage (à Constantinople en août-octobre 1885). Je vis avec toi et de toi en Jésus, l'unique entre les uniques.

Sr Agnès de Jésus.

Dis-moi si je ne me suis point trompée pour le cachet. N'est ce pas à Saint Pierre que Mlle L. a fait sa Première Communion. Je pourrais parfaitement corriger.

Demande à mon petit Célin de la part de N.M. qu'elle veuille bien me [v°tv] décalquer le bouquet de roses avant de rendre à Mlle Léonie. (Léonie Helloy couturière des Martin) Je n'ai pas pu aujourd'hui, et d'ailleurs je n'avais pas de papier.

Embrasse le Benjamin de mon coeur pour sa Mère et pour moi.

Avis important: on fait la lessive jeudi.

[r° tv] Je crois que cela ferait plaisir à N.M. d'avoir de la salade. Nous n'en avons pas tant que je croyais.

Embrasse mon petit Père pour moi. Si tu savais comme je l'aime !