Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à sœur Marie du Sacré-Cœur - Mai 1889.

De sœur Agnès de Jésus à sœur Marie du Sacré-Cœur. Mai 1889.

 

Pauvre petite colombe solitaire (Sœur Marie du Sacré-Cœur est en retraite), vos pensées sont tellement les miennes que je ne puis vous dire ce que j'éprouve en vous lisant...

Ayons confiance en Dieu. N'est-ce pas lui qui nous éprouve ? Lui qui met tous nos cœurs dans le creuset de la souffrance. – Jusque-là, notre pauvre petit Père ne savait pas ce que c'était que souffrir. C'est que son heure n'était pas encore venue (Jn 7, 30, etc.), maintenant elle a sonné ! [1 v°] Mais comme tout passe en cette vie avec la rapidité de l'éclair, une autre heure sonnera bientôt, l'heure de l'ivresse éternelle. Mais qui viendra dans la salle du festin ?... Ceux qui auront trempé leurs robes dans le sang de l'Agneau (Ap 7, 14.), c'est à-dire ceux qui auront beaucoup souffert. C'est là surtout que notre petit Père sera placé dans les premiers rangs, là qu'il pourra dire : « Je ne suis plus oùon m'avait mis »... Tout [2 r°] a changé, ici je suis roi et voyez comme tout est beau autour de moi, c'est un printemps éternel...

Petite colombe, pleurerez-vous toujours ce qui vous fera sourire toute l'éternité ? Laissez les Buissonnets se démeubler, laissez tout crouler, laissez ce qui est périssable périr, oh ! comme tout passe ! Et oùallons-nous ? Nous allons oùnous pouvons être dès ici-bas, nous allons à la vraie [2 v°] Patrie, nous nous rendons dans notre Royaume. Ne voyons plus que le ciel et faisons-le descendre en nous ­par la foi et l'amour. Bientôt nous y monterons  pour y jouir de l'Amour tout seul. Ici-bas c'est la foi qui conduit à l'Amour.

Papa ! Ah ! Papa ! Il rêve ! Il fait un cauchemar, un songe purifiant pour se réveiller bientôt sur une autre terre dans le vrai Palais du Bon Sauveur (Allusion à l'établissement du Bon Sauveur de Caen, où il est alors hospitalisé, et qui n'a rien d'un « palais »...)! Mais il n'y aura plus là de gardiens pour surveiller,

enlever le revolver, enfermer sous les verrous; le Maître du Palais, suivi d'une multitude d'anges, s'avançant vers son élu lui dira : « Bon et fidèle serviteur, il en [2v° tv] est temps enfin, entrez dans la joie de votre Dieu (Mt 25, 23). »

Retour à la liste des correspondants