Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à Sr Marie du Sacré-Cœur - 16 juin 1887.

De sœur Agnès de Jésus à Sr Marie du Sacré-Cœur 16 juin 1887.

 

J.M.J.T.

Bonne fête, petite colombe chérie ! Savez-vous combien vous êtes chère au petit passereau ? Non, petite colombe, vous ne le saurez qu'au ciel.

Savez-vous le moyen d'être toujours en fête, si vous ne le savez pas, le petit passereau va vous le dire. Petite colombe, n'allez pas becqueter les groseilles ni les fruits trop doux du jardin du Carmel, prenez ce que Jésus vous sert, nourrissez-vous toujours du grain mystérieux du sacrifice, vous aurez moins de plaisir à votre repas, mais pour un moment de peine vous aurez une journée de joie.

Vous me direz : Mais ce n'est pas nécessaire de manger toute la journée de ce fruit amer. [v°] Petite colombe, si Jésus vous le présente, ne tournez pas votre tête blanche, et ne laissez pas rouler dans la boue ce grain précieux... Tantôt plus, tantôt moins, c'est toujours bien quand Jésus veut, mais plus, c'est une gâterie, le petit passereau sait cela, et il ne veut rien savoir seul mais dire tout bien vite à sa colombe chérie.

Le petit passereau aime beaucoup sa colombe mais il a fini son chant... Voici la nuit qui tombe, tout se tait ici-bas, excepté la colombe et le passereau de Jésus dont la voix plaintive pénètre les Cieux.

Retour à la liste des correspondants