Imprimer

De sœur Marie du Sacré-Cœur à Céline et Léonie - Fin juin (?) 1888.

De sœur Marie du Sacré-Cœur à Céline et Léonie. Fin juin (?) 1888.

 

Petites sœurs chéries nous comptions sur une lettre ce soir et rien du tout ! Aussi je ne vous en dirai pas long, non pourme venger mais je n'en ai pas le temps. Je vous envoie encore ce petit bouquet spirituel du Curé d'Ars: « Les épines suent le baume et la croix transpire la douceur, mais il faut serrer dans ses mains les épines et presser la croix sur son cœur pour qu'elles distillent le suc qu'elles contiennent ».

Pressons-la donc bien [v°] fort pour avoir un ciel plus beau. Oh! toujours! toujours!... et si peu de temps à souffrir.

Pensez à nos parents qui sont au Ciel, à notre Mère chérie. Toutes ses peines sont passées. Les regrette-t-elle ?

Retour à la liste des correspondants