Imprimer

De sœur Marie du Sacré-Cœur à Céline - 6 (?)avril 1889.

De sœur Marie du Sacré-Cœur à Céline, 6 (?)avril 1889.

 

Jésus !

Ma petite Céline,

Je ne fais que penser à ce que mon oncle nous a dit ce matin pour les témoins, etc... Je ne crois pas que papa recouvre jamais ses facultés et au lieu de cette interdiction qui oblige à l'inventaire, un conseil judiciaire aurait suffi. Comprends-tu [1 v°] que toute la fortune sera déclarée jusqu'au dernier centime et qu'il faudra payer à la mort de ce pauvre petit père le centième denier de tout? Cela fera des frais énormes. Notre Mère le dit aussi.

Tâche donc d'en parler à mon oncle dès aujourd'huine lui dis pas que je t'ai écrit. Arrange [2 r°] cela pour le mieux. Demande-lui si un conseil judiciaire n'aurait pas été plus simple.

Adieu ma petite sœur chérie, écris-nous un mot. Je t'embrasse de tout mon coeur.

Marie du S.C.

Retour à la liste des correspondants