Imprimer

De Sœur Marie du Sacré-Cœur à Céline - Fin mai (?) 1889. bis

De Sœur Marie du Sacré-Cœur à Céline. Fin mai (?) 1889.

 

Mon petit Célin chéri, je n'ai plus de sirop de groseilles, quand tu viendras voudrais-tu m'en apporter une bouteille, ainsi que la houssedu fauteuil. N'oublie pas surtout. Quand les groseilles seront mûres j'en réclame pour le Carmel.

A bientôt petite sœur chérie, à bientôt [v°] la fête sans nuage, à bientôt le jour si beau qui n'aura point de soir! Tout passe bien vite, bien vite, tout n'est qu'une ombre fugitive. Ne quittons point des yeux le port...

Retour à la liste des correspondants