Imprimer

de Marie (Marie du Sacré-Cœur) à son père M. Martin - 10 juin (?) 1888.

 

de Marie (Marie du Sacré-Cœur) à son père M. Martin 10 juin (?) 1888.

 

Après la fête du Sacré-Cœur

Merci au petit Moniteur du bon Jésus qui nous comble de biens et de joies. La perle fine, la Reine et le Diamant ne font qu’un cœur pour l’aimer. La Reine a mis les trois roses et le bouton à son petit Jésus et moi j’ai fait une prière pour le petit [1v°] Moniteur si cher au Cœur du bon Dieu. Mon cher petit Père ta reine est vraiment digne de ce titre. C’est une vraie petite reine, une perfection digne de son Roi. Pour moi, hélas! je suis toujours le diamant dur à travailler. Enfin, je prends mon mal à gré et ne me plains pas de mon sort. Dans le [2 r°] bas monde à M Roussel il faut se servir de la hache au Père Marchand (allusions inintelligibles aujourd’hui) .

Ton diamant qui n’engendre pas mélancolie, qui n’exhale pas sa douleur sur la grève du Nord (?) mais qui, quand elle en a, aime mieux 1’exhaler dans le Cœur de Jésus, son bien, son héritage à nul autre comparable.

Marie du Sacré Cœur

Les groseilles des Buissonnets ont fait notre dessert hier soir. J’envoie à Céline des graines de luisettes.

Retour à la liste des correspondants