Imprimer

De Mère Marie de Chantal Fleuriot à M. Guérin - 24 février 1877

 

De Mère Marie de Chantal Fleuriot à M. Guérin. 24 février 1877

 

V. + J.

De notre Monastère du Mans,

24 février 1877.

Cher Monsieur,

Vous connaissiez trop bien l’état de notre bonne Sœur Marie-Dosithée pour être surpris de la douloureuse nouvelle que nous venons vous apprendre aujourd’hui. C’est ce matin à 7 h. que notre bien-aimée malade s’est doucement endormie dans le sein de Dieu, avec une paix, un abandon et des dispositions vraiment dignes d’envie. Il n’y avait que trois jours qu’elle avait cessé, par défaut de forces, de se rendre au chœur pour faire la Ste Communion. Hier encore, elle a reçu le St Viatique, sa présence d’esprit, sa sérénité et même sa joie, ne se sont pas démenties jusqu’à la fin. Nous sommes profondément édifiées de cette mort, digne couronnement d’une vie si fervente et si vertueuse.

L’affection que notre chère défunte vous portait (v°) cher Monsieur, ainsi qu’à tous les vôtres, vous assure sa protection au Ciel, où nous avons la douce espérance qu’elle sera bientôt admise.

C’est demain à midi ½ que nous lui rendrons les derniers devoirs, au milieu des regrets de toute la Communauté qui lui était grandement attachée. Il serait difficile d’avoir plus de secours, de grâces et de consolations que n’en a eu notre bien-aimée sœur qui nous exprimait sa vive reconnaissance quelques heures encore avant d’expirer.

En unissant notre douleur à la vôtre, cher Monsieur, nous vous prions de croire à nos sentiments de profonde sympathie.

Sr Marie de Chantal Fleuriot,

Supérieure de la Visitation Ste Marie

D. S B.

Retour à la liste des correspondants