Imprimer

De l'abbé Maurice Barthélemy-Bellière à Mère Marie de Gonzague (extraits). 15 juillet 1897.

 

Jeudi 15 Juillet 1897

Langrune - 16. Rue de la Mer (Calvados)

Ma bien chère et Vénérée Mère

Comme toujours votre lettre est venue m'apporter grande joie - cette fois pourtant, grande tristesse aussi - ma chère Sœur est malade, gravement peut-être et ses pressentiments à elle- même vont peut-être se réaliser.

Si je n'avais craint de vous importuner et aussi quelques voyages m'empêchant, je serais venu demander de ses chères nouvelles. Oui, ma bonne Mère, faisons violence au Ciel pour conserver ce trésor, mon ange gardien à moi, et aussi l'ange du Carmel, ainsi que vous dites. C'est vous dire, Mère, que je prie ardemment pour son retour à la santé - avec confiance. Quand je crains d'être égoïste, ou au moins d'avoir une intention trop personnelle je représente à N. Seigneur tout ce bien qu'elle répand autour d'elle et qu'il ne peut briser tant de promesses et une si admi­rable charité. Si vous le pouvez, ma Mère, dites-moi bientôt quel succès obtiennent nos prières et ce que le docteur espère. La chère Sainte, dans son dernier mot, ne me parle aucunement de sa souffrance, elle est heureuse sans doute. - Loin de me malédifier de votre demande, ma bonne Mère, je n'y trouve qu'une marque de plus de votre tendresse maternelle - et je serais heureux de pouvoir ne pas en retarder la réalisation. - Ma pho­tographie? Je n'en ai aucune de moi en soutane et je ne veux pas songer à vous envoyer un grand bonhomme en habit noir ou en militaire avec des moustaches. Avant de partir pour le novi­ciat je tâcherai de vous faire plaisir. (...)

Pardon, Mère, encore une grâce. Si Dieu prenait ma Sœur, je voudrais avoir quelque souvenir d'elle; voulez-vous avoir la bonté de lui demander de me faire quelque chose de ses mains, ne fût-ce qu'un Sacré-Cœur ou un scapulaire brodé, une image peinte, n'importe quoi - quelque chose d'elle. Comme aussi si ce malheur nous arrivait, je vous demanderais quelque chose lui ayant appartenu que je conserverais comme une relique - son cru­cifix ou son chapelet, par exemple.

Retour à la liste des correspondants