Imprimer

De sœur Marie de l'Eucharistie à ses parents. 17 août 1895.

 

De sœur Marie de l'Eucharistie à ses parents. 17 août 1895.

 

17 (?) août 1895.

 

+ Jésus                                                                               J.MJ.T.

Mon petit papa, ma petite maman,

       Vous ne devinez bien sûr pas pourquoi je vous écris dès six heures et demie du matin. C'est parce que Mère Marie de Gonzague vous envoie un gros paquet. Mais ici attention!... C'est un être vivant qui possède un cri assez remarquable que votre petite Marie sait fort bien imiter. Ce canard, puisque c'est son vrai nom, ne vient rue Paul-Banaston que pour quelques heures, après lesquelles il va partir pour Caen et sera mangé par toute la famille réunie rue de l'Oratoire (chez les La Néele, où M. et Mme Guérin, et Léonie, vont rester quelques jours).

       Vous connaissez la bonté des canards du Carmel, régalez-vous donc, moi je vais me régaler du plaisir de [lv°] ne plus l'entendre dire couin, couin, couin. C'est sans doute le bonheur ou l'appréhension d'avoir le cou tordu qui a fait que maître canard s'est tenu fort tranquille ce matin, je ne l'ai pas entendu faire couin, couin, ce qui fait que je n'ai pas eu l'illusion d'entendre une sœur entamer un Psaume dans le fond du dortoir. Pensez-y en le mangeant, c'est celui-là que j'ai si bien entendu hier matin.

         C'est Mère Marie de Gonzague qui a voulu absolument hier soir que l'on vous envoie le fameux canard qui a charmé les oreilles de votre petite fille hier matin. Si vous saviez comme elle est bonne, Mère Marie de Gonzague... je l'aime bien fort.

       J'ai passé une nuit magnifique [2r°] depuis 9 heures hier soir jusqu'à 5 heures et demie ce matin, je n'ai fait qu'un somme. L'on dort très bien au Carmel et l'on n'a pas le temps de s'amuser à regarder si la paillasse est dure ou non.

         Soyez bien heureux et bien contents car votre petite fille est déjà presque au ciel tellement elle est heureuse.

Je vous mange tous les deux de baisers et vous aime de plus en plus.

Votre petite fille

Sœur Marie de l'Eucharistie

p.c.i.

Ce matin aux Heures on a appelé mon Credidi, j'en ai bondi dans ma stalle. Je l'embrasse ainsi que Léonie que j'aime beaucoup. Bonjour à Maria, qu'elle vous soigne bien surtout..

 

Retour à la liste des correspondants