Imprimer

De sœur Marie de l'Eucharistie à Mme Guérin. 7 mars 1897.

 

De sœur Marie de l'Eucharistie à Mme Guérin. 7 mars 1897.

 

+ Jésus

J.M.J.T.

       Ma chère petite Mère,

     Notre Mère veut absolument que je t'écrive un petit mot pour te consoler et te faire un petit plaisir. Ne te tracasse pas, ma chère petite Mère, si tu vois que tu as trop de mal à te remettre vers la fin de la semaine, et que tu prévois ne pouvoir venir pour le 25, ne te tracasse nullement, ma Profession sera remise au mois de Mai. Cela ne me fait pas de peine parce que [lv°] j'y vois la volonté du bon Dieu, et d'un côté je l'en remercie parce que j'aurai plus de temps pour me bien préparer à cette grande action. Tu sais, au moment des professions il y a toujours « queu-qu'chose de navrant qui convient à ces sortes d'cérémonies », Baptiste ne l'a-t-il pas dit. Faut-il pas que le diable qui rage de colère ne fasse des pieds et des mains pour mettre toutes sortes d'obstacles? Si le bon Dieu lui permet de mettre des bâtons dans les roues, c'est parce qu'il compte sur notre foi et notre fermeté dans l'épreuve et qu'il sait bien que pour le fameux grapin, [2r°] comme l'appelait Mère Geneviève, il ne trouvera que défaites sur défaites. Je t'en supplie, ma chère petite Mère, ne songe pas au jour de ma Profession, si le bon Dieu veut que ce soit le 25, il renverserait plutôt ciel et terre que de ne pas accomplir sa volonté. Ainsi pas de souci, une confiance absolue dans ton Divin Gendre. Est-ce que les époux de la terre ne feraient pas plus que puissance pour arriver à ce que leur belle-mère assiste à leur union? Et mon Divin Époux ne le ferait pas, lui le Tout-Puissant? Oh! oui, II le fera et ce jour sera encore mille fois plus beau parce [2v°] qu'il aura été traversé par l'épreuve. Si qqf. même l'avant-veille de ma Profession, tu te trouvais encore malade, j'ai telle­ment de confiance pour ce jour que je ne me tracasserais pas encore, et serais sûre de la guérison pour pouvoir encore embrasser ma chère petite Mère. Tu me promets, n'est-ce pas, de ne pas te tracasser, puisque moi je ne me tracasse pas, notre Mère ne veut pas que tu ne sois pas là pour ce beau jour et on retardera tant que tu seras malade. Ce sera pour le mois de Mai.

       Jeanne m'a bien touchée hier (samedi 6 mars, veille du premier dimanche de Carême. On comprend que Jeanne est venue avec Francis), oh! comme ils ont été gentils tous les deux. Quand j'ai raconté à ma Sr Geneviève ce que Jeanne m'avait dit à propos de chanter à ma Profession, elle s'est mise à pleurer et moi aussi. Oh! j'aurais sangloté si je ne m'étais pas retenue au parloir, j'étais par trop touchée. Oh! dis-lui combien je l'aime et que ce qu'elle fait là pour moi est une grande preuve d'affection. Le bon Dieu l'en récompensera en accé­dant à son grand désir. Oh! oui, je suis sûre qu'après ce sacrifice, cette immolation que vous ferez tous de moi, le bon Dieu vous enverra un petit Ange pour [lr°tv] vous réjouir et vous remercier. Je le demanderai avec tant d'insistance. Dis à ma petite Jeanne que c'est bien joli d'employer sa belle voix à chanter les louanges et les beautés de l'union d'une âme avec un Dieu. Chanter là, tout près du Tabernacle, oh! que c'est beau (la profession a lieu, à l'époque, à la salle du Chapitre, après la messe, et en présence de la seule communauté. On essaie de solenniser la messe par des chants et de l'harmonium, dans la chapelle extérieure, les carmélites s'y unissant en silence)... Pour l'organiste, M. l'Abbé voudrait très bien Mlle Grégoire.

       Je t'embrasse comme je t'aime, ma chère petite Mère, ainsi que mon petit Père et ma Jeanne et Léonie que je remercie bien de tous les soins qu'elle prodigue à ceux que j'aime. Dis-lui que je l'aime beaucoup et que je suis bien touchée de tout ce qu'elle fait pour vous. Je me repose sur elle comme sur une petite sœur bien chère.

     Ta petite fille qui te demande de ne pas aller trop vite, d'être pru­dente pour se remettre plus sûrement.
Marie de l'Eucharistie
r.c.i.

J'envoie la petite veilleuse de modèle, prière de m'en faire venir une toute pareille, si elle n'existe pas en bleu, la faire venir en rose. On recommande bien qu'elle ne soit pas cassée, celle de modèle.

Nous prions beaucoup pour Petit Paul, nous voudrions avoir de ses nouvelles et de celles de ma petite Mère.

Retour à la liste des correspondants