Imprimer

De sœur Marie de l'Eucharistie à Mme Guérin. 15 août 1896.

 

De sœur Marie de l'Eucharistie à Mme Guérin. 15 août 1896.

 

+ Jésus                               J.M.J.T.

 

     Ma chère petite Mère,

       Que ton petit cadeau m'a touchée !... Tu ne pouvais me faire plus de plaisir... Le cœur des Mères possède les secrets des petites délicatesses pour leurs enfants et il devine toujours ce qui peut leur procurer du bonheur. Je ne saurais exprimer combien j'ai été touchée. J'ai offert en ton nom, comme tu le désirais, mon petit cadeau à notre Mère (on fête Mère Marie de Gonzague deux fois : grande fête le 21 juin (St Louis de Gonzague), petite fête le 15 août. (De même fête-t-on Mère Agnès le 21 janvier, sainte Agnès, et le 29 juin, ss. Pierre et Paul.) Ce 15 août est également la fête de Marie de l'Eucharistie et son premier anniversaire d'entrée au Carmel)... Que j'étais heureuse de lui offrir, je savais que [lv°] cela lui ferait plaisir et je n'ai pas été trompée dans ma croyance. Notre Mère paraissait bien heureuse et bien touchée de la délicatesse de mes chers Parents. Si tu savais comme elle est bonne!!... Penses-tu que j'ai été aussi fêtée par elle.- Notre Mère est arrivée dans notre cellule ce matin m'apportant un petit bouton de rose, symbole de mon âme qui n'est encore qu'un petit bouton mais qui plus tard sous l'ardeur de l'amour de mon bon Jésus s'ouvrira et deviendra une belle rose. Elle m'a donné aussi une image, mais une image comme je n'en ai jamais vu. C'est une N.-D. [2r°] du Mont Carmel dont la beauté et celle du petit Jésus surpassent tout ce que l'on peut rêver de plus idéal. Pour son Benjamin notre Mère en a fait le sacrifice avec un grand bonheur tout maternel.

           Je n'aurais jamais cru être fêtée au Carmel. Ma Sr Thérèse de l'Enf. Jésus m'a fait une petite image avec q.q. vers répondant à mon âme (PN-36). Je te l'envoie parce que je sais que cela va te faire grand plaisir, cela se chante sur l'air : Comme un pêcheur quand l'aube (Titre exact : « Près d'un berceau » ou « le Rêve d'une mère »), etc. Je te la recommande bien car j'y tiens comme à mes deux yeux, c'est un grand trésor pour moi et j'aurais bien du chagrin si elle se trouvait abîmée, mais je sais combien tu vas y faire [2v°] attention et je te l'envoie sans crainte. Que l'on y fasse attention surtout si elle passe de main en main. L'encre bleue déteint très facilement surtout si l'on a les mains un peu suantes. Je fais bien des recommandations... Je m'en prive pour toi, ma chère petite Mère et tu sais, lorsqu'on se prive pour ceux que l'on aime cela ne s'appelle plus privation. Tu pourrais la copier si cela te fait plaisir. Quand il y aura une occasion je te demanderai de me la renvoyer... Ma Sr Geneviève m'a fait une petite corbeille pour ma Ste Vierge (statue de N.D. du Mont-Carmel, sous le cloître) avec des iris que Jeanne m'avait donnés. Elle est de toute beauté. Ma tante et ces demoiselles Pigeon m'ont envoyé des fleurs. J'ai écrit à ma tante, remercie bien ces demoiselles Pigeon de ma part. Je puis me dispenser de leur écrire car au Carmel on ne peut pas toujours écrire comme cela, j'ai trop de famille et cela n'en finirait plus.

       Je t'envoie la petite pièce comique que l'on a jouée à la fête de notre Mère, cela va te distraire (pièce composée sans doute par le noviciat; le texte n'a pas été conservé - jouée le 20 juin). Je faisais le nigaud de Baptiste, ma Sr Geneviève faisait le Père Jérôme et ma Sr Marie de la Trinité le magister. Nous étions toutes très bien dans notre rôle, c'était vraiment comique.

     Je vous envoie pour ma fête mes images de Prise d'Habit ( le 17 mars.), ne donnez celle de Jeanne que le jour de sa fête, ce sera mon [lr°tv] petit cadeau. - II y a un an, ma chère petite Mère, nous étions sous le coup de l'épreuve et de la séparation. Comme l'on est heureux que cela soit passé... N'es-tu pas heureuse d'avoir fiancé ta petite fille à Jésus -Comme il sait récompenser dès cette vie des sacrifices que l'on fait pour Lui en répandant la paix et le bonheur dans l'âme. - Je t'envoie aussi la poésie « Vivre d'Amour » faite par ma Sr Thérèse de l'Enfant Jésus. Il y a un an lorsque je suis entrée dans notre cellule, je l'avais trouvée sur notre lit, entourée de fleurs. Garde-la autant que tu voudras. (Copie de PN 17, de la main de Thérèse). - Je renvoie le cahier de Romances à Jeanne, je mets toutes les images dedans. Remercie-la bien des délicieux gâteaux qu'elle nous a fait manger. Merci, merci à tous des cantaloups, des bougies qui m'ont fait bien plaisir... Merci à ma petite Léonie de tous ses cadeaux. Je suis bien touchée des bontés de tous.

Marie de l'Eucharistie

                           r.c.i.

Notre Mère me charge de tous ses affectueux Mercis pour mes chers Parents.

Retour à la liste des correspondants