Imprimer

De Sr Agnès de Jésus à M. et Mme Guérin - 1er décembre 1895.

A M. et Mme Guérin   1er décembre 1895.

 

J.M.J.T.

6 h 1/2

Notre petite fille chérie va mieux, elle a dormi sans réveiller plus de 6 heures cette nuit et ses petits yeux sont bien vifs ce matin, la langue moins chargée, pas de fièvre et le palais guéri. Pourtant nous ne voulons pas qu'elle se lève pour aller à la Messe, ce qui lui a fait joindre les mains de supplication et de désespoir, mais inutile et pas moyen de fléchir ses bourreaux.

J'attends le poulet avec impatience, et tout ce que la charité voudra bien donner à notre petite pauvre. Elle est gentille à croquer dans son dodo. Mais ce lit sans rideaux et cette cellule ont un aspect si pauvre et si misère que je ne puis m'empêcher de rire avec elle en faisant la comparaison de ce séjour avec sa chambre et les appartements de la rue Paul Banaston.

Que je suis contente qu'elle ait de si bonnes couvertures, c'est encore [v°] le principal.

Voilà l'office qui sonne. Je vous embrasse tous au nom de votre Benjamin et pour mon compte aussi.

Sr Agnès de Jésus

r.c.i.

Retour à la liste des correspondants