Imprimer

De Pauline à Mme Guérin - Entre le 20 mars et le 10 avril 1887 (?)

De Pauline à Mme Guérin   Entre le 20 mars et le 10 avril 1887 (?)

Jésus ! J.M.J.T.

Ma petite Tante chérie,

Un mot seulement pour accompagner d'un merci le renvoi du livre et de la petite broche. J'espère que vous allez bien de coeur, d'âme et de corps ainsi que tout mon cher monde. Je le demande bien instamment au bon Dieu.

Mon Oncle s'aperçoit il encore que je prie pour lui ? Je voudrais bien savoir si [l v°] je suis exaucée...

Nos images de parchemin lui ont elles plu ? J'ai peur qu’Il ne les ait trouvées trop chères, en ce cas, il pourrait en diminuer le prix à son gré... Cependant il devra toujours y avoir une grande différence entre les images de papier de riz et celles de parchemin, en raison de la grande différence du travail et aussi du prix du parchemin qui nous coûte 17 frs la feuille.

Pour tout, je m'en remets à mon cher homme d'affaires... En retour de son dévouement, je lui promets [2r°] pour l'éternité une affection dont il ne saura jamais l'étendue qu'au Ciel.

Adieu ma chère Tante, le Carême me fait encore vous chérir davantage (du 23 février au 10 Avril). Il y a un certain jeûne du coeur que les Carmélites ne savent point faire.

Priez pour qu'en vous aimant de plus en plus, j'aime aussi de plus en plus Celui qui vous a fait ma Tante et m'a rendue votre petite nièce et fille. Priez pour que je lui sois fidèle en tout. [2 v°] C'est cela qu'Il veut de moi... Je le sais par la bouche de ma Mère qui tient sa place près de votre petite fille.

Je veux être une Sainte, dites le bien à mon Oncle qui en a un si grand désir.

Au revoir, à bientôt, je vous embrasse tous comme je vous aime.

Votre petite fille

Sr Agnès de Jésus

Je serais contente que Papa ne sût pas ce petit mot, car il serait peut être peiné de ne rien recevoir. Mais il faut bien une occasion pour rompre le silence du carême et je ne dois pas la chercher.

[2 v°tv] Ma petite Marie est elle guérie ?

Retour à la liste des correspondants