Imprimer

De Mme Martin à Mme Guérin CF 149 - 9 janvier 1876.

 

Lettre de Mme Martin CF 149

 

A Mme Guérin

9 janvier 1876.

Je suis sûre que vous n'êtes pas contente de moi; je suis restée trop longtemps sans vous remercier des belles étrennes que vous avez envoyées, et qui ont été accueillies par de tels cris de joie, que j'en ai pris ma tête à deux mains et en ai souffert jusqu'au soir. Avec cela, des ouvrières m'atten­daient; vous n'avez pas idée de ce tumulte !

Il n'y avait que Marie à ne pas faire de bruit; c'est la seule raisonnable. Elle était ravie de son petit coffret, qu'elle a mis en parade dans sa chambre, avec tout ce qu'elle a de bijoux.

Pauline faisait un tapage d'enfer avec sa belle papeterie et dansait de joie à en démolir le plancher. Léonie ne faisait pas grand éclat; elle s'amusait à tourner et retourner son sac, paraissant très satisfaite de son lot. Céline trépignait de bonheur devant son beau nécessaire si complet. Et Thé­rèse ! Il fallait la voir !... Sa fortune était faite ! elle ne désirait plus rien en ce monde. Elle s'amuse constamment avec sa jolie voiture. Enfin, je vous remercie sincèrement et je voudrais pouvoir aussi vous faire plaisir.

Nous avons été charmés de la petite lettre de Jeanne; c'est très bien pour son âge, elle ne fait presque pas de fautes d'orthographe. Embrassez‑la bien pour moi et dites‑lui que sa tante et ses petites cousines pensent souvent à elle, même la petite Thérèse qui veut absolument appeler sa poupée Jeanne Guérin.

Retour à la liste des correspondants