Imprimer

De M. Guérin à sa fille Marie. 16 août 1895

 

De M. Guérin à sa fille. 16 août 1895

P. S. à la lettre précédente.


16 ? Août 95

     Et moi j'envoie mille et mille baisers au petit oiseau si doux [2v°], si bon et si vertueux qui a quitté la cage paternelle pour prendre celle du bon Dieu — Ah! jamais ce petit oiseau ne saura à quel point je l'aime.

I. G.

Retour à la liste des correspondants