Imprimer

De M. Guérin à M. Martin - 10 septembre 1877

De M. Guérin à M. Martin.
10 septembre 1877


Lisieux, le 10 septembre 1877


Mon cher Louis,
Me basant sur votre parole, je me suis mis à la recherche d'une maison, capable de loger 7 personnes.
Nous avons cherché autant que possible dans nos parages et dans un quartier sain avec un jardin ou
seulement un petit parterre pour les enfants. C'était la recommandation que ma pauvre sœur m'avait
faite.
Sur 25 maisons à louer ayant autant de logement que la vôtre, nous n'avons pu en découvrir une seule
ne présentant pas un vice rédhibitoire quelconque.
Enfin, nous en avons trouvé une telle que j'en désirerais si j'étais retiré des affaires :
Belle porte sur la voie publique,
- On se trouve dans un petit parterre arrangé à l'Anglaise - Bosquets de chaque côté - Maison
ravissante surmontée d'un belvédère.
- Au rez-de-chaussée 4 pièces dont belle salle à manger lam-brissée chêne - Derrière cette pièce une
cave divisée en caveau et fruitier.
- Au-dessus du rez-de-chaussée, un premier étage qui est de plein pied avec un grand jardin situé
derrière la maison - 3 magnifiques chambres et une plus petite
- 2 cabinets de toilette.
Au-dessus : Belvédère avec cheminée et 3 petites mansardes bien éclairées et tapissées. - Le tout en
parfait état, peint et tapissé à neuf.
A côté de la maison beau puits avec machine à monter l'eau - -Derrière la maison vaste jardin, au
moins aussi grand que celui de Mr Vital (Romet)
Belle citerne. Porte cochère pour l'entrée des denrées (bois - cidre) donnant sur une autre voie. -
Hangar - Buanderie - -Serre - un pavillon pour volailles et lapins très confortable - un enclos avec

 

pavillon et baignoire pour canards, etc., etc. - Le tout entouré de murs et dominant une partie de la
ville, placé derrière le jardin de l'Etoile.
Distance à l'Eglise (Saint-Jacques) 700 pas - de chez moi 764, ce qui équivaut à peu près à la distance
de chez vous à aller chez Mr Tifenne.
Mais il y a un hic et un gros hic, c'est l'accès: de l'entrée du jardin de l'Etoile qui est sur le boulevard, il
y a juste 100 pas pour gagner la maison dans un chemin étroit et raide, mais propre, éclairé, car un bec
de gaz est juste devant la porte.
De la maison, l'on n'est vu de nulle part et l'on ne voit pas ce chemin, mais seulement un délicieux
panorama de la ville.
J'avais prié ma pauvre sœur de me guider et j'étais si content de ma trouvaille, que je n'en ai pas
dormi de la nuit. Dans une si jolie propriété, on oublie Pavillon et tous les attraits d'Alençon quoique
cependant on m'ait dit que les truites et les anguilles commençaient à s'enfuir à la nouvelle de votre
arrivée.
La propriétaire de la maison m'a donné jusqu'à la fin de la semaine prochaine pour ne pas s'engager
ailleurs. C'est pourquoi vous feriez bien de revenir avec moi ainsi que Marie afin de savoir ce que vous
devez faire.
Voilà succinctement tout ce que j'avais à vous dire, je vous donnerai de vive voix de plus amples
détails.
Adieu, mon cher Louis, nous vous embrassons de tout notre cœur ainsi que vos enfants.
Votre frère dévoué
I. Guérin

Retour à la liste des correspondants