Imprimer

LT 46 - A M. Martin - 29 Avril 1888

J.M.J.T.      Dimanche 29 Avril 88

Mon petit Père chéri,

 

Que tu es donc bon pour ta petite Reine, il ne se passe presque de jour qu'elle ne reçoive quelque présent de son Roi.

Merci de tout, mon bon petit Père. Si tu savais combien la petite Orpheline de la Bérésina t'aime ! mais non, cela ne te sera connu qu'au Ciel. C'est là que nous verrons de belles Estatues sur des beaux Cornichons, alors nous pourrons vraiment entrer en Extasaison, et puis quel guide pour nous faire visiter les merveilles du Ciel !... Je pense que beaucoup de saints auront dans leur nimbe une croix byzantine. Il n'y aura que des sarcophages que nous ne verrons pas, car au Ciel il n'y aura plus de tombeaux.

Mon Petit Père chéri, je vois l'heure qui avance, il faut que je te quitte, mais avant je t'embrasse de loin de tout mon coeur.

La petite perle fine t'embrasse bien, oh ! Papa, si tu savais comme elle est précieuse ta petite perle fine...

Le Diamant brillant, la Bohémienne t'embrasse aussi de tout son coeur.

Adieu, et merci mon petit Père,

ta petite Reine qui est enfin tirée de dessous la charrette

 

Thérèse de l'Enfant Jésus.

 

 

Retour à la liste des correspondants