Imprimer

LT 77 - A M. Martin - 8 janvier 1889

J.M.J.T.

Jésus     Le 8 Janvier 1889.

Mon Roi incomparable,

 

Si tu savais combien je suis touchée de ta bonté !... Un melon !... du champagne, oh ! cela me donnerait bien envie de pleurer si je ne me retenais pas ; mais je me retiens, et me réjouis beaucoup de la belle fête de Jeudi.

Ordinairement les noces d'une Reine se célèbrent par de grandes réjouissances, c'est sans doute pour cela que la Reine de France et de Navarre aura un feu d'artifice... C'est le Roi qui fait les frais pour La Reine et il s'y connaît pour faire des surprises, le petit hanneton blond n'a qu'à remercier !...

Si Jeudi, il y aura une belle fête sur la terre, je pense qu'elle sera encore plus magnifique au Ciel, les anges seront dans l'admiration de voir un Père si agréable à Dieu, et Jésus préparera une couronne, qu'il ajoutera à toutes celles que mon Roi a déjà rassemblées.

Non, jamais les fêtes de la terre ne sont aussi ravissantes que celles du Ciel, pourtant, il me semble qu'il est impossible de trouver une fête plus céleste que celle qui se prépare. Je n'ai pourtant rien fait pour être digne d'une si grande grâce, mais le bon Dieu a bien voulu regarder les mérites de mon Père chéri, c'est pour cela qu'il m'accorde cette insigne faveur.

Je suis maintenant en retraite, et en retraite il n'est pas permis d'écrire, mais Notre Mère m'a permis de t'envoyer ce petit mot pour te remercier, tu es si bon pour ta Reine ; et puis, sans doute, s'il est défendu d'écrire, c'est pour ne pas troubler le silence de la retraite, mais peut-on troubler sa paix en écrivant à un Saint ?...

A Jeudi, mon Roi chéri, ta petite Reine t'embrasse de coeur en attendant qu'elle puisse le faire véritablement

 

La Reine de France
et de toutes les Navarre
Thérèse de l'Enfant Jésus
post.carm.ind.

 

 

 

Retour à la liste des correspondants