Imprimer

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin - 24 août 1885.

 

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin

            24 août 1885.

(Lettre écrite pendant le voyage de M. Martin à Constantinople)

 

…Je suis bien forcée de rester dans mon écrin.

 

Cher Petit Père donne nous bien souvent de tes nouvelles, si tu savais comme nous les attendons impatiemment. Je voudrais qu’à chaque étape tu misses une lettre à la poste. …. .

Nous désirons toutes que ton voyage t'offre tous les agréments possibles, je voudrais que rien n'y manquât, Santé, beau temps, etc. . . A ce prix nous nous résignons à l'absence. Dans la vie, il ne faut pas être égoïste et ne penser qu'à soi. Petit Père chéri, tu as fait assez pour nous, il est bien juste que nous te laissions jouir d'un éclair de joie dans le ciel de la vie parfois si noir et si voilé de larmes.

Mais te rappelles-tu ce soupir du cœur, si fréquent et si senti de notre petite Mère : « Oh ! la Patrie ! la Patrie !. . . . » je crois mon Petit Père que toutes les beautés de ce monde ne te feront répéter qu'avec plus [v°] d'ardeur, ce cri d'une âme exilée : « Oh ! la Patrie ! la Patrie, le Ciel !. . . » Il me semble aussi que ce long voyage dans ces pays presque tous éloignés de la Vérité ne sera pas sans affermir ta foi et ton amour pour Dieu. C'est une consolation pour mon cœur !. . . Ah ! tu pourrais bien te convaincre et t'écrier avec St François d'Assise : « L'Amour n'est pas aimé, l'Amour n'est pas aimé !»

Père chéri, si ton noble cœur où le règne de Dieu est si bien établi pouvait donc en passant réchauffer, convertir notre pauvre terre.

C'est un de mes souhaits de fête. Mais il faut se dire adieu ! Que le Saint Archange Raphaël écoute les prières du Carmel et se fasse ton guide et ton appui, comme il le fut autrefois pour le jeune Tobie (Tb, ch. 5).

Adieu, mon petit Père bien-aimé, c'est moi qui devrais être le jeune Tobie, mais cette fois les rôles sont renversés et je te fais le souhait du vieux Tobie à son fils « Que l'Ange du Seigneur t'accompagne et te ramène plein de vie (Ibid. , v. 17). ! » Sans contredit ce sera [v° tv] l'histoire tout au long, car au retour l'ami Tom (l'épagneul de Thérèse) s'apprête à coup sûr à jouer son rôle en remuant la queue à la manière du chien de Tobie.

Ta petite Carmélite,

Sr Agnès de Jésus

Retour à la liste des correspondants