Imprimer

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin - 24 août 1887.

 

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin

            24 août 1887.

Mon petit Père bien-aimé,

Voilà la cinquième fois que je te souhaite ta fête au Carmel. Si tu savais avec quelle tendresse ! Notre Mère chérie m'a permis de te faire une petite image, j’ai pensé que ce sujet te ferait plaisir. C'est l'ensemble du Carmel vu du fond du jardin. Les fenêtres d'en haut ce sont les cellules [l v°], en bas ce sont les cloîtres, mais la terrasse m'empêchait de les voir et par conséquent de les reproduire ainsi que le préau (image dont on n'a qu'une esquisse au crayon - 12,8 x 21 cm). Une autre année je comblerai cette lacune et te ferai voir aussi notre petit intérieur délicieux.

Ce que j’ai un peu exagéré c’est le dôme de la chapelle qui n'est pas aussi élevé réellement, mais l'ensemble est bien exact.

Cher petit Père que tes deux aînées se trouvent bien dans cette maison bénie, véritablement la maison de Dieu et la porte du Ciel (Gn 28, 17).Que tout est vide et décoloré ici-bas auprès de cette joie pure et sainte que nous goûtons ici !

Ta petite perle devient vieille, elle sent de plus en plus le besoin d'être à Dieu toute à Dieu. La vanité des choses de la terre lui apparaît mieux que jamais et la lumière est si vive qu'il lui est bien facile de discerner et de choisir le vrai.

Adieu mon petit Père bien aimé, je ne te souhaite rien sur la terre [2 v°] que de nous voir toutes les cinq dans la maison du Seigneur

En cela je crois te faire plaisir puisque tu ne désires toi-même rien de plus. O Père incomparable, que ta couronne sera belle et ta place élevée dans le Ciel. Mais en attendant reste encore longtemps notre joie ici-bas.

Ta petite perle qui te chérit.

Sr Agnès de Jésus

r. c. ind.