Imprimer

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin - 1er juillet 1888

 

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin

1er juillet 1888

J. M. J. T.

Dimanche 1er juillet

Mon petit Père chéri,

Je vais commencer ce soir une grande retraite. Comme je vais prier pour toi ! je t'en prie soigne toi bien ou plutôt laisse-toi soigner par ton petit Célin et la bonne Léonie. . .

Je ne vais pas [1v°] oublier ton gros poisson. Nous avons déjà BIEN SOUFFERT pour lui, mais il ne faut pas lâcher prise au moment peut-être où il mord à l'hameçon. Sois tranquille mon petit Père bien-aimé, de ton côté tout a été mis à l'œuvre. C'est à nous maintenant de continuer. [2 r°] C'est d'ailleurs notre vocation, la vocation spéciale des Carmélites.

Que faut-il encore demander à Jésus pendant mes 10 jours de retraite ? Que tu deviennes riche ?. . . Oh non ! Les biens de la terre sont si méprisables je lui demanderai de nous enrichir tous de plus en plus des trésors [2 v°] célestes et s’il y a quelque obstacle en nous à l'écoulement de sa grâce, de le briser aussitôt.

Les hommes de génie peuvent bien s'occuper à percer le Panama (la souscription est ouverte et close le 26 juin 1888, M. Martin y a fait des placements) nous percerons aussi ce qui pourrait encore nous attacher à la terre et c'est alors que l'Océan de l'Amour Divin nous environnera de toutes parts.

Adieu mon petit Père, reste avec nous toujours (Le 23 juin, M. Martin a quitté les Buissonnets sans prévenir. Céline et M. Guérin l'ont retrouvé au Havre le 27).

Ta petite perle.

[1r°tv] Le diamant et la reine t’envoient leurs baisers

Merci des bons artichauts.

Retour à la liste des correspondants