Imprimer

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin - 3‑4 mai 1887.

 

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin

            3‑4 mai 1887.

3-4 mai 1887

J.M.J.T.

Jésus!

Mon petit Père bien aimé,

Mon Oncle nous a dit que tu étais souffrant depuis Dimanche (Le 1er mai, M. Martin a subi une petite attaque de paralysie. Grâce aux soins énergiques de M. Guérin, il se rétablit rapidement). En cas que tu ne puisses encore venir vendredi, je t'envoie un petit mot de mon cœur. Bien sûr la Sainte Vierge va te guérir tout à fait car le Carmel la prie tant pour toi! Cher petit Père, ne pense pas encore au Ciel, le repos de la Patrie ne sera pour toi qu'au moment où ta mission sera remplie auprès des trois bijoux qui te restent encore. Je dis trois bijoux, car Léonie aussi est une perle, Notre Mère en était édifiée à son dernier parloir, il y a dans son cœur tant de bonté et d'humilité! C'est impossible que le bon Dieu ne place pas cette timide violette dans le jardin de la vie religieuse. Et Céline! et Thérèse! il faudrait entendre leur petite direction du vendredi pour savoir ce que c'est que ces belles petites âmes, vraiment privilégiées entre les privilégiés comme le dit notre Mère.

Mon petit Père chéri, que tes désirs sont et seront bien remplis!

Ta couronne au Ciel sera toute virginale! Oh! quelle gloire pour toi de n'avoir donné à la terre que des épouses du Roi des Cieux! des bien aimées de l'Agneau sans tache destinées à le chanter et à le suivre éternellement.. .. Je me sens tout attendrie en écrivant ces lignes, moi la pauvre petite perle enfoncée la première dans l'écrin du Cœur de Jésus! Mais je ne suis pas ingrate et à défaut de toutes les vertus, mon amour et ma reconnaissance disent assez mon bonheur.

Adieu mon petit Père bien aimé, le chant du Nunc Dimittis ne te convient pas encore; avant d'être Siméon, tu seras longtemps Abraham et l'ange du Seigneur n'arrêtera ton bras obéissant e que sur la dernière petite colombe conduite par toi sur la montagne du sacrifice.

En attendant embrasse et bénis celle que tu as offerte la première à Jésus.

Sr Agnès de Jésus

r.c.ind.

Notre Mère bien aimée t'envoie son cœur et ses prières! Nous apprenons tous les jours à apprécier ce trésor qu'il nous a donné.

Retour à la liste des correspondants