Imprimer

De l'abbé Bellière à Mère Marie de Gonzague - 14 octobre 1896

De l'abbé Bellière à Mère Marie de Gonzague.
14 octobre 1896


Sommervieu - 14 8 bre 96


Ma révérende Mère,
La chère Mère Agnès de Jésus en vous remettant Sa charge vous a aussi laissé son cœur car je retrouve
le sien dans le vôtre - Merci, ma bonne Mère, du secours que vous m'avez prêté dans un moment
de détresse - La tempête a passé, le calme est revenu et le pauvre soldat est redevenu le séminariste
d'autrefois -
Et, vive Dieu ! ma mère, car la lutte fortifie et éclaire. Aujourd'hui donc, je suis heureux, du bonheur
de Dieu. Merci à vous, merci à ma chère petite Sœur, Thérèse de l'Enfant Jésus - Je ne la connais
point, mais je lui dis à revoir là-haut où je viendrai au-devant d'elle avec les âmes qu'elle m'aura fait
sauver -
En ce moment se décide pour moi la question directe de ma vocation - Dois-je être prêtre dans le
ministère ordinaire, ou prêtre missionnaire. Mon directeur m'a autorisé à me faire agréer par M. le
Supérieur des Missions étrangères au nombre des Aspirants. J'espère donc que le bon Maître va faire
pencher la balance de ce côté. Dès que cette bonne nouvelle sera certainement établie, je vous la ferai
parvenir, ma mère, ainsi qu'à ma Sœur Thérèse -
Qu'elle prie et se réjouisse avec moi et sauve les âmes avec moi, pauvre ouvrier -
Et vous-même, ma bonne mère, s'il vous reste une prière à placer, veuillez vous souvenir une fois
encore, pour la lui appliquer, du pauvre soldat que vous avez fortifié et du séminariste qui veut la
gloire de Dieu en travaillant pour Lui -
Je demeure, ma révérende mère, votre fils très respectueusement soumis et dévoué
M. Barthélemy-Bellière
a.m.
Elève du Gd Sém. de Bayeux, Sommervieu
L'Abbé M. Barthélemy-Bellière, Sommervieu
Gloire à Ste Thérèse!
Il y aura demain un an que le Seigneur m'a uni par la Charité à ma sœur Thérèse - c'est demain sa
fête en même temps que celle de votre sainte patronne, et à moins d'empêchement sérieux, je ferai la
Sainte Communion pour elle, pour vous, et votre Communauté, union de prières.