Imprimer

Du P. Roulland à Thérèse - 23 juillet 1896

 

Du P. Roulland à Thérèse.
23 juillet 1896
24 JUIL 96.
Séminaire des Missions Etrangères
128, rue du Bac Paris
Ma sœur,
Par les grâces que le bon Dieu nous a faites à ma famille et à moi pendant mon séjour en Normandie,
vous avez prévu que la séparation naturellement pénible a pu cependant s'effectuer aussi bien que
possible. - Je devais partir le vendredi à 4 heures de l'après midi - Au repas nous avons été gais
jusqu'à trois heures ; mais après la tristesse a commencé à paraître : de temps en temps j'avais les
larmes aux yeux. A 4 heures j'ai fait un signe à un ami : il est allé atteler le cheval et 10 minutes après
la voiture arrivait devant la salle où nous étions réunis. Tous ont compris : mes paquets ont été portés
et je me suis levé ; dans la cuisine mon père, ma mère, deux tantes, une cousine et une amie se sont
mis à genoux. J'ai donné à tous ma bénédiction ; je suis sorti en fermant la porte derrière moi, et en
route. Ma mère est sortie ; une personne qui était dans la voiture m'a dit : dites un dernier adieu à votre
mère et je ne l'ai pas fait. Je voulais autant que possible ne pas regarder en arrière. St François Xavier
était parti sans dire adieu à sa mère.
En passant à Lisieux j'ai vu le Carmel ; j'ai vu cette maison qui maintenant m'est si chère ; j'ai béni ma
sœur Thérèse de l'enfant Jésus et ma bonne mère Louis de Gonzague.
En arrivant à Paris j'ai appris que mon départ d'abord fixé au 26 Août aurait lieu le 29 Juillet ; j'attends
donc bientôt les linges qui ont servi à ma première messe et qui ont été blanchis par vous. En toute
simplicité je vous dis qu'en ce moment j'ai tout ce qui m'est nécessaire ; plus tard lorsque j'aurai besoin
de quelques linges je vous le dirai aussi simplement. Cependant si vous aviez une vie de Ste Thérèse
je la recevrais volontiers maintenant pour la lire pendant la traversée. Ne suis-je pas aussi en quelque
sorte l'enfant du Carmel: n'ai-je pas pour sœur en Jésus une fille de Ste Thérèse ?
Je pars avec l'intention de n'avoir pas plus de volonté entre les mains de mon évêque que n'en aurait
un cadavre ; je pars heureux parce que je sais que notre apostolat, c'est-à-dire le vôtre et le mien sera
béni du bon Dieu ; sur la montagne du Carmel une âme priera pour le succès des armes de celui qui
combattra dans la plaine. - Tous les jours au St Sacrifice je prononcerai le nom de Sr Thérèse de
l'enfant Jésus - si comme vous l'espérez vous allez au Ciel avant moi, je continuerai de prier pour
vous : je dirai : j'offre ce sacrifice pour le repos de l'âme de ma sœur en Jésus en priant la Ste Vierge
de faire ce qu'elle voudra des mérites dont vous n'aurez plus besoin.
Voici mon adresse en Mission :
P. Roulland miss. ap. Su-Tchuen or. e
aux Missions Étrangères, 128 rue du Bac Paris.
un timbre de 0.15 suffira.
- Je prie la Révérende mère, d'agréer mes sentiments de profond respect et de vive reconnaissance.
Et vous, ma sœur, je n'oublierai jamais votre dernière parole - -A Dieu mon frère.
Union de prières, de sacrifices pour Dieu et les âmes ; au revoir près de Jésus Eucharistie et plus tard
au revoir au Ciel,
A. Roulland
miss.ap.
Su-Tchuen or. (oriental)

Retour à la liste des correspondants