Imprimer

Sr Françoise Thérèse à Sr Geneviève (Céline) - 3 août 1899

Sr Francoise Thérèse à sa sœur Céline

V+J! De notre Monastère de Caen le 3 Août 1899

Ma très aimée petite Sœur,

Qu'il m'est doux à l'occasion de ta fête, de te redire toute la tendresse de mon coeur pour toi; je ne peux et ne veux pas non plus sœur si chère, te souhaiter d'être sans cesse au Thabor, non, cela n'est réservé surtout aux Epouses de Jésus crucifié, que dans les Cieux, l'éternelle transfiguration. En attendant, il faut souffrir et bien souffrir surtout, voilà le point important. Notre demeure à nous, oh  ! sœur chérie, c'est le Calvaire; là seulement nous devons passer l'exil: si tu veux, faisons un défi ensemble. Toi, sur la croix, tu contempleras la Face bénie et défigurée de notre doux Sauveur, pour le consoler, et moi, je contemplerai son côté ouvert; de là j'irai jusqu'à son Coeur: que de grâces de conversion n'obtiendrons-nous pas toutes deux! Ne quittons plus ce poste d'amour; tu sais comme moi, que la Ste Face et le Sacré Coeur sont deux dévotions inséparables.

Petite sœur si aimée, que j'ai goûté ces mots que tu me dis au moment de ma vêture, au sujet de l'amour qui n'était que voilé et qui allait reparaitre dans tout son éclat en ce beau jour du trente Juin. Ces paroles, je t'assure m'ont été droit au coeur et l'ont touché bien profondément; j'ai retrouvé là ma Céline chérie d'autrefois et toute mon âme était replongée dans des souvenirs doux et douloureux tout à la fois. C'est incroyable la particulière tendresse que je ressens pour toi, ma chérie, elle est indéfinissable...

Depuis des mois, j'ai un vol sur la conscience; je vous ai pris une prière intitulée: "Jésus au Tabernacle : Et verbum caro factum est" par le V. Curé d'Ars. Ayant trouvé cette prière dans un des livres que vous m'aviez prêté, elle me plut tellement, que je m'en suis emparée de propos délibéré; j'avais bien la pensée de m'accuser de cette faute, mais j'oubliais toujours. Enfin, comme conclusion, je suis si sûre d'être non seulement pardonnée, mais que de tout coeur vous allez me dire de la garder et peut-être rire de mon scrupule; alors maintenant ma confession faite, je me tiens parfaitement en paix; paix qui sur ce point ne m'a jamais quittée.

Je voudrais bien mes chères petites sœurs, recevoir le plus vite possible, Briochette la pâtissière etc. tout ce que je vous ai demandé pour la fête de notre bonne Mère, le temps presse; il n'y a plus que quinze jours, ce n'est pas trop pour que tout soit prêt et pour apprendre surtout.

Je vous redis encore une fois toute mon affection, mes sœurs chéries, restons à jamais très unies dans le Coeur de notre Bien-Aimé; Il est plus pour moi qu'un Fiancé, depuis longtemps je le regarde bien comme mon Epoux à cause de mon vœu de chasteté.

Mon meilleur baiser et tous mes vœux à ma petite Geneviève chérie.

Sr Françoise-Thérèse Martin

de la Visitation Ste Marie

D.S.B.!